Gérer sa SA

La SA n’est pas nécessairement la forme sociale la plus répandue lorsqu’on démarre une activité de PME. Elle est, le plus souvent, le résultat d’une évolution ultérieure. Elle est en revanche très fréquente, voire incontournable,  parmi les grands groupes du CAC 40, dès lors qu’ils font appel public à l’épargne par le jeu de la bourse.

La SA  n’est pas un modèle unique, il en existe au moins 2 :

  • la SA à conseil d’administration;
  • la SA à directoire et conseil de surveillance.

Ce dernier mode de gestion est souvent considéré comme plus démocratique car les pouvoirs sont confiés à un directoire ou à un directeur soumis au contrôle d’un conseil de surveillance. Il respecte davantage les intérêts des actionnaires.

Dans les deux types de SA, le montant minimal du capital social est de 37000 euros, il n’existe pas de maximum, à quelques exceptions près. Ce capital doit être libéré pour moitié au moins lorsque la SA se constitue. Il faut donc avoir les reins solides au moment où l’on décide de sa création et ne pas se laisser surprendre lorsqu’il faut débloquer des fonds.

 Le nombre d’actionnaires est au moins de 7. L’organe dirigeant qu’est le conseil d’administration (ou le conseil de surveillance, selon le type de SA choisi) comprend de 3 à 18 membres. On comprend aisément la lourdeur que peut représenter le fonctionnement de telles sociétés.

Le conseil d’administration élit un président, qui est nécessairement une personne physique (jamais une société). Pour l’exercice de ses fonctions, les statuts de la société doivent impérativement prévoir une limite d’âge: elle est de 65 ans, sauf disposition contraire. Le président du conseil d’administration est en outre obligatoirement choisi parmi les administrateurs. Il peut parfaitement cumuler contrat de travail et mandat social.

 A noter également que, pour l’exercice de certaines activités  (transport, gestion immobilière, coiffure….), il devra nécessairement remplir des conditions de diplôme et de qualification professionnelle: il s’agit en effet de professions dites « réglementées », dont l’exercice est très encadré.

 La gestion de la SA est étroitement surveillée puisqu’un commissaire aux comptes doit être nommé et chargé de contrôler ces comptes. Ce nombre est  même porté à 2 lorsque la SA dispose de filiales ou de participations et doit publier des comptes consolidés.

On voit ainsi que le fonctionnement de la SA est complexe et les exigences réglementaires fort nombreuses. Cette structure très lourde n’est donc pas à privilégier, lorsqu’on se lance dans une activité et qu’il est nécessaire, à cette période en particulier, de consacrer le plus de temps possible au business et non à l’administratif..

Quoiqu’il en soit, pour choisir en toute connaissance de cause ce type de société ou, tout simplement pour  la faire fonctionner, retrouvez dans cette rubrique, nos fiches conseils, rédigées par nos experts,  sur de nombreux thèmes : le dirigeant, sa rémunération, les délégations de pouvoirs, le fonctionnement de l’assemblée générale…


Forum

Posez vos questions et échangez vos expériences avec d'autres professionnels dans les domaines suivants

Création d'entreprise et droits des sociétés

  • investir dans vos projets rentables . yves.gigon@hotmail.com (aucune réponse)
  • Besoin d'aide bilan cloture liquidation (3 réponses)
  • SCI bilan pas fait (1 répondre)
  • Cherche acheteur pour Alsace-dir (aucune réponse)

Voir ce forum

Comptabilité et fiscalité de l'entreprise

  • Seeing that FIFA 15 Coins (aucune réponse)
  • Le régime réel super simplifié (2 réponses)
  • tva bilan de cessation (1 répondre)
  • TVS 2014 (1 répondre)

Voir ce forum

Ressources Humaines

  • déontologie (1 répondre)
  • RENOUVELLEMENT PERIODE ESSAI (2 réponses)
  • fonctionnement CHSCT (1 répondre)
  • pôle emploi, csp et interim (aucune réponse)

Voir ce forum

Conseils d’experts