Actu

Covid-19 : la troisième dose de vaccin ouverte aux adultes et intégrée au passe sanitaire

Le ministre de la Santé a annoncé hier de nouvelles mesures pour freiner la cinquième vague de Covid-19. La troisième dose de vaccination est ouverte à toutes les personnes de plus de 18 ans et sera intégrée au passe sanitaire dans les prochaines semaines. Le protocole sanitaire en entreprise va être mis à jour pour insister de nouveau sur l'aération et les gestes barrières.

Covid-19 : la troisième dose de vaccin ouverte aux adultes et intégrée au passe sanitaire
La troisième dose sera intégrée au passe sanitaire dès le 15 décembre pour les plus de 65 ans et au 15 janvier 2022 pour les adultes de plus de 18 ans, a annoncé Olivier Véran. © Capture d'écran

Plus de 30 000 nouveaux cas par jour, un taux d’incidence national de 193, 8 500 classes fermées… Et le gouvernement contraint d’annoncer de nouvelles mesures de freinage de l’épidémie de covid-19 : pas de confinement ni de télétravail généralisé comme l’année dernière mais une nouvelle extension de la vaccination, doublée d’une intégration de la troisième dose dans le passe sanitaire.

Le Guide du Chef d'entreprise 2021
Passez à l’action :

Le Guide du Chef d'entreprise 2021

La troisième dose de vaccin intégrée dans le passe sanitaire

Première annonce majeure d’Olivier Véran : la troisième dose de vaccin est ouverte à tous les adultes de plus de 18 ans à compter de samedi 27 novembre. Le ministre a précisé qu’il était déjà possible de prendre rendez-vous mais les plateformes ont rapidement été saturées. Il faudra sans doute attendre quelques jours afin que de nouveaux créneaux soient ouverts.

La troisième dose est également intégrée au passe sanitaire dès le 15 décembre pour les plus de 65 ans et au 15 janvier 2022 pour les adultes de plus de 18 ans. Cela signifie que les personnes sans rappel vaccinal ne pourront plus se rendre dans des lieux dont l’accès est soumis au passe sanitaire (restaurants, bars, cinémas etc.).

Le passe sera désactivé sept mois après l’injection de la deuxième dose. Une mise à jour de l’application TousAntiCovid signalera quand le passe sanitaire approche de l’expiration. Cependant, le délai admis entre la deuxième et la troisième passe de six à cinq mois. Il est donc désormais possible de se faire injecter plus rapidement la troisième dose. 26 millions de doses de Pfizer et Moderna sont déjà stockées au niveau national.

Le ministre de la santé a précisé les interactions entre une infection au Covid-19 et la vaccination : « Une infection au Covid correspond à une injection. Donc si vous avez attrappé le Covid, prévoyez une dose de vaccin cinq mois après avoir été malade ».

Afin d’augmenter les cadences, des médiateurs sanitaires vont continuer de sillonner le territoire à la rencontre des personnes isolées qui ne sont pas vaccinées. Des barnums de vaccination seront remis en service dans les centres commerciaux. Olivier Véran a précisé que sur 1 600 vaccinodromes, 1 100 sont toujours ouverts.

Lire aussi 14 % des salariés travaillent dans une entreprise où s’applique l’obligation vaccinale ou le passe sanitaire

Le délai de validité du test PCR réduit à 24 heures

Autre contrainte à la vaccination : jusqu’à présent, un test PCR restait valide 72 heures pour obtenir un passe sanitaire. Cette durée est réduite à 24 heures. Ainsi, pour se rendre dans un restaurant par exemple, il faudra faire un test la veille et non plus trois jours avant.

Le protocole national en entreprises mis à jour lundi

La ministre du travail, Elisabeth Borne, a reçu hier les partenaires sociaux. Le protocole sanitaire en entreprise va être mis à jour (il sera publié lundi sur le site du ministère du travail). La mise à jour porte en premier lieu sur l’aération des locaux, considérée comme essentielle, qu’elle soit mécanique ou naturelle (cinq minutes toutes les heures).

Des mesures de gaz carbonique sont recommandées en cas de forte fréquentation quand l’aération ne peut être respectée. L’évacuation peut être proposée en cas de concentration de CO2 supérieure à 1 000 ppm le temps d’aérer les locaux.

Le port du masque doit être respecté y compris par les salariés des établissements recevant du public. Dans les restaurants, le port du masque n’est dispensé que pendant la restauration à table. Il faut donc le remettre si on se déplace dans l’établissement.

Le texte appelle au dialogue social de proximité pour négocier un renforcement des mesures (gestes barrières, étalement des horaires, télétravail, flux de personnel). Les moments de convivialité entre salariés sont déconseillés. S’ils sont organisés, les salariés doivent respecter les gestes barrières et une distance de deux mètres.

Dans les restaurants d’entreprise, le protocole spécifique pourrait recommander aussi une distance de deux mètres entre les salariés, dès lors qu’ils ne portent pas de masque.

Lire aussi Loi de vigilance sanitaire : les 8 mesures phares

Le port du masque de nouveau obligatoire dans les lieux publics

Dans les lieux publics clos accessibles avec un passe sanitaire (musées, cinémas, bars, restaurants, etc.), le port du masque redevient obligatoire. Les préfets peuvent décider d’imposer le masque dans les lieux publics en plein air, comme les marchés de Noël ou les brocantes.

Plus généralement, Olivier Véran a insisté sur le respect des gestes barrière : tousser dans son coude, se laver les mains, aérer les pièces, se tenir à distance, ne pas se serrer la main ni s’embrasser.

Les adaptations dans les écoles

Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé que les classes ne seraient plus fermées au premier cas de Covid-19. Une stratégie de test des enfants sera privilégiée à compter de la semaine prochaine. Ainsi, lorsqu’un cas de Covid-19 sera déclaré dans une classe, tous les enfants seront testés gratuitement. Seuls les élèves testés positifs seront isolés, les autres pouvant continuer la classe en présentiel. Les tests des élèves seront soit assurés par les parents en pharmacie, soit réalisés dans l’école par des laboratoires.

La Haute Autorité de santé (HAS) doit se prononcer sur la vaccination des enfants de 5 à 11 ans. Elle ne commencerait que début 2022 car les doses de vaccin pour enfants doivent être diluées. Pour l’instant, selon les chiffres du ministère de la Santé, 77 % des enfants de 12 à 17 ans ont reçu une dose, 75 % sont complètement vaccinés.

« Via les CSE, il faut remobiliser les entreprises sur le respect des gestes barrière »

« Il faut remobiliser les entreprises et les salariés sur le respect des gestes barrières ». Tel a été hier matin, selon Yvan Ricordeau de la CFDT, la position consensuelle des partenaires sociaux et de la ministre du travail, laquelle semble, comme les organisations patronales, réticente à imposer davantage de télétravail dans les entreprises. « Pour nous, cela signifie aussi qu’il faut relancer le dialogue social et réunir les CSE pour mobiliser les acteurs », explique le syndicaliste. Et ce dernier de souhaiter que les entreprises discutent avec leurs représentants du personnel pour mieux organiser les rotations du personnel et les flux afin de réduire les risques de contamination.

François Hommeril, le président de la CFE-CGC, partage également le message de la ministre du travail visant à responsabiliser les acteurs dans l’entreprise : « Je soutiens l’idée de ne pas recourir à une mesure imposant le télétravail permanent partout. Il faut discuter de la situation dans chaque entreprise ».

Lire aussi Covid-19 : les arrêts de travail dérogatoires sont maintenus jusqu’au 31 décembre 2021

Marie-Aude Grimont

Laisser un commentaire

Suivant