Actu

"Grand Est", première région frontalière française : 92,4 % des établissements emploient mois de 10 salariés

Première région frontalière, première région en vins blancs et effervescents, le Grand Est (Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine) est aussi exportatrice et se place en deuxième position dans les domaines agricole et industriel. Elle compte 331 754 entreprises réparties en 390 358 établissements ; 92,4 % d’entre eux emploient moins de 10 salariés.

Issue de la fusion de l’Alsace, de la Champagne-Ardenne et de la Lorraine, la région ne s’appellera pas « ALCAL » comme la nomme encore la note de conjoncture trimestrielle de l’Insee (Note Conjoncture, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, avril 2016), mais « Grand Est » (1). Dans cette région qui compte 331 754 entreprises réparties en 390 358 établissements et dont 92,4 % emploient moins de 10 salariés (Atlas de la région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine, novembre 2015, chiffres au 1er janvier 2014), la Lorraine recense 146 985 établissements de moins de 10 salariés (2 283 de 50 salariés et plus), l’Alsace 134 001 de moins de 10 (2 065 de 50 salariés et plus), et Champagne-Ardenne 109 372 de moins de 10 salariés (1 458 de 50 salariés et plus).  25, 1 % des établissements sont situés dans le secteur commerce de gros et de détail, transports, hébergement et restauration, 15,6 %  dans l’administration, la santé et l’action sociale, 15,2 % dans l’agriculture, la sylviculture et la pêche et enfin 10,9 % dans les activités scientifiques et techniques, de services administratifs et de soutiens.  La viticulture du Grand Est représente 36 % de la valeur de la production agricole régionale et mobilise plus de 16 000 exploitants.

Deuxième région exportatrice derrière l’Ile-de-France, première en volume par habitant

Forte de dix  départements (Ardennes, Aube, Bas-Rhin, Haute-Marne, Haut-Rhin, Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Moselle, Vosges), cette région est la première région frontalière de France avec près de 760 km de frontières partagées avec le Luxembourg, l’Allemagne, la Belgique ainsi que la Suisse, pays non-membre de l’Union Européenne. « De par sa situation frontalière avec quatre pays européens, son poids économique, et aussi sa spécialisation dans certains secteurs industriels notamment », Grand-est « est la première région française en termes de part des exportations dans le PIB », indique l’Insee (Note Conjoncture, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, janvier 2016). En 2015, les exportations de la région représentent « près de 60 milliards d’euros, en progression de 3,2 % par rapport à l’année 2014 » (Insee, avril 2016). « Environ trois quarts de ses échanges sont réalisés avec l’UE, dont près de 30 % avec l’Allemagne » (Atlas de la région Alsace Champagne-Ardenne Lorraine). Au deuxième rang des nouvelles régions en matière de taux d’ouverture (2) avec 38 % en 2014 contre 22 % pour la moyenne métropolitaine (Douanes 2014), cette région fait donc partie de celles dont les échanges à l’international pèsent de manière importante dans l’activité économique. « Nous avons des relations traditionnelles avec l’Allemagne, avec l’Europe et mais aussi avec l’Asie et les autres pays puisque « Champagne » est une référence mondiale », précise Corinne Genin, directrice générale de la CCIR Champagne-Ardenne. « Mais le passage à la grande région pour de nombreuses entreprises patrimoniales et pour les PME qui possèdent une vraie vigueur en matière d’innovation pourrait permettre d’avoir accès à plus d’expertise », souligne-t-elle. Elle insiste  sur « la taille critique » des entreprises qui semblent avoir tout à gagner à cet agrandissement. Corinne Genin redoute toutefois « l’éloignement » des centres de décisions et voit le risque de Champagne-Ardenne d’en être « excentré » (3). « Les entreprises étrangères sont quasiment acclimatées en Alsace », note de son côté Bernard Stirnweiss, le président de la CCI Alsace qui insiste sur « une particularité alsacienne : de nombreuses filiales de sociétés étrangères ont élu domicile chez nous ». Selon lui, c’est « l’attractivité » de la région ainsi qu’un tissu industriel « dense et actif » qui dynamisent l’économie.

« Une grande région incite les pôles de compétitivité à chercher des complémentarités », (Bernard Stirnweiss)

Des aides sont proposées aux entreprises comme Innov’PME, un dispositif qui vise à favoriser le développement des TPE/PME du Grand Est en accompagnant leur projet d’innovation. « Des mesures comme le CICE ont donné de l’oxygène aux petites entreprises », note le  président de la CCI Alsace. D’autres dispositifs ont été mis en place pour soutenir les PME, comme le Partenariat régional d’innovation, lancé en juillet 2015. Par ailleurs, on dénombre 405 éco-entreprises en Champagne-Ardenne, qui représentent 5 000 emplois et un milliard d’euros de chiffre d’affaires et le Grand Est se place en quatrième position des régions ayant déposé des demandes de brevets. Les starts-up qui ne travaillent pas directement pour l’agriculture ou l’industrie peuvent trouver d’autres opportunités : le territoire s’appuie sur 6 pôles de compétitivité et différents outils développés dans la cadre du programme des investissements d’avenir (PIA) tels que l’IRT MP2 (métallurgie) à Metz, la Satt (société d’accélération du transfert de technologies) Conectus Alsace ou encore La Maison de la Simulation de Champagne-Ardenne.

 

  1. Son nom sera définitif après validation par le Conseil d’Etat, au plus tard le 1er octobre 2016, puisque 75 % des habitants l’ont choisi par internet et que la majorité des élus du conseil régional l’ont approuvé en avril dernier.
  2. Proportion de l’activité d’un pays ou d’une région qui est lié à des échanges de biens ou de services avec l’étranger.
  3. Le président de la CCI de Champagne-Ardenne, François Cravoisier, vient d’annoncer sa candidature à la présidence de la future CCI Grand Est cet automne. Des représentants des trois ex-régions, soit environ cent élus consulaires, la constitueront. Le siège est fixé de manière provisoire à Strasbourg, jusqu’à ce que la future assemblée le choisisse de manière définitive.

 

 

Evaluer ce contenu :

« Grand Est », première région frontalière française : 92,4 % des établissements emploient mois de 10 salariés
2.33 (46.67%) 3 votes

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *