Actu

Travailleurs indépendants : la cotisation minimale retraite de base relevée pour 2022

Un décret du 16 novembre 2022 fixe, pour la cotisation d’assurance vieillesse de base due par les travailleurs indépendants au titre de 2022, un montant d’assiette minimale légèrement supérieur à celui découlant des dispositions du Code de la sécurité sociale (4 758 €, au lieu de 4 731 €).

Travailleurs indépendants : la cotisation minimale retraite de base relevée pour 2022
Ce décret conduit à une cotisation minimale pour 2022 de 481 € pour les professionnels libéraux relevant de la Cnavpl et de 845 € pour les autres travailleurs indépendants. © Getty Images

Pour les travailleurs indépendants en activité ne relevant pas du régime micro-social, certaines cotisations calculées en principe sur le revenu professionnel ne peuvent pas être inférieures à un montant minimal. C’est notamment le cas de la cotisation d’assurance vieillesse de base due par les professionnels libéraux et de celle due par les autres travailleurs indépendants.

Ces deux cotisations sont ainsi calculées sur une assiette minimale fixée à 11,5 % du plafond annuel de la sécurité sociale (Pass), soit 4 731 € en 2022, en cas de revenu d’activité professionnel inférieur à ce montant. Cette règle vise à garantir aux intéressés la validation de 3 trimestres de retraite par an (CSS art. D 633-2 et D 642-4).

Le Guide du Chef d'entreprise 2022
Passez à l’action :

Le Guide du Chef d'entreprise 2022

Cotisation minimale au titre de l’année 2022

Le décret du 16 novembre 2022 fixe, par dérogation à cette règle, le montant de l’assiette minimale à 4 758 € pour la cotisation d’assurance vieillesse due au titre de l’année 2022 des professionnels libéraux et celle des autres travailleurs indépendants.

Cette nouvelle assiette minimale conduit à une cotisation minimale au titre de l’année 2022 égale à :

  • 481 €, au lieu de 478 €, pour les professionnels libéraux ;
  • 845 €, au lieu de 840 €, pour les autres travailleurs indépendants.

La fixation à la hausse du montant de la cotisation minimale par décret pour 2022 s’explique par le fait que le Pass n’a pas évolué ces 2 dernières années, à l’inverse du Smic horaire qui a augmenté pour compenser les effets de l’inflation.

Lire aussi Plan des indépendants : les 10 mesures phares

Intervention requise

Or, pour valider un trimestre de retraite, le travailleur indépendant ou le professionnel libéral doit avoir cotisé sur un revenu d’activité indépendant au moins égal à 150 fois le montant du Smic horaire brut en vigueur au 1er janvier de l’année considérée (CSS art. R 351-9). En 2022, un revenu de 1 585,50 € permet donc de valider un trimestre, un revenu de 3 171 € valide 2 trimestres et un revenu de 4 756,50 € permet la validation de 3 trimestres (Circ. Cnav 2 du 10 janvier 2022).

Ainsi, sans intervention du décret du 16 novembre 2022, la cotisation minimale due par les professionnels libéraux ou les travailleurs indépendants n’aurait permis à ces derniers la validation que de 2 trimestres de retraite de base.

Lire aussi [Pouvoir d’achat] Avant/après : ce que va changer la baisse de cotisations des indépendants

L’équipe NetPME

Laisser un commentaire

Suivant