Voir nos conseils

Prévenir les difficultés

Plus les difficultés des entreprises sont détectées en amont, plus les actions de prévention sont efficaces. Cette rubrique vous aide à identifier les signaux d’alerte et à mettre en place les mesures qui vous permettront de pérenniser votre entreprise.

Entreprise en difficulté : autres thèmes pouvant vous intéresser

Prévention : de l'alerte au redressement

Difficultés de trésorerie

Quels sont les symptômes des difficultés ? Les plus fréquents sont répertoriés et la gravité de la situation est proportionnelle à leur nombre.

Ces symptômes se traduisent, selon la gravité, par un ou plusieurs des facteurs suivant :

  • retards de paiement des fournisseurs ;
  • les fournisseurs refusent d’augmenter le niveau de l’encours atteint ;
  • les organismes de crédit (assurance crédit, société de factoring…) dégradent le niveau d’encours autorisé aux fournisseurs ;
  • quelques incidents de paiement arrivent (traite impayée, échéance de prêt qui ne peut être prélevée…) ;
  • les organismes fiscaux et sociaux ne sont pas tous réglés et il est nécessaire de procéder à des négociations de moratoires sur 3 à 6 mois ;
  • les moratoires ne sont pas respectés ou, pendant le même temps, les dettes courantes ne sont pas payées ;
  • refus de livraison de fournisseurs sans versement comptant « au cul du camion » ou sans versement d’acompte ;
  • les banques résilient leurs concours (découvert, escompte, Dailly) ;
  • les échéances de prélèvements et de traites émises ne peuvent plus être honorées par les banques .

Mise en place de critères d’alerte

Les difficultés de trésorerie ne sont, en général, que le symptôme des difficultés que connaît l’entreprise. Cette crise de trésorerie n’est souvent identifiée qu’après sa manifestation, c’est-à-dire lorsqu’il devient indispensable de prendre des mesures urgentes de redressement. Afin de prévenir cette situation, il est indispensable de mettre en place des critères d’alerte permettant de réagir au plus vite afin de contrer l’aggravation de la situation.

Passage de l’orange au rouge

Les critères d’alerte permettent de déterminer que l’entreprise connaît des difficultés de nature à compromettre la continuité de l’exploitation. Généralement, il s’agira du dépassement d’un chiffre préalablement fixé pour un volume d’activité, un poste de charge, un ratio, le fonds de roulement, etc…

Citons par exemple :

– la situation nette négative,
– la situation de trésorerie négative,
– la capacité d’autofinancement négative,
– les charges financières d’escompte trop élevées,
– le fonds de roulement inférieur à un seuil,
– etc.

Causes de défaillance d’entreprises les plus fréquentes 

Parler du pire ne le provoque pas et il est toujours intéressant de connaître les principales cause des défaillances des entreprises.

Liste des principales causes :

– Défaillance de clients ;
– Stocks trop importants ;
– Suppression de concours bancaires ;
– Frais de personnel trop élevés ;
– Décès ou maladie du dirigeant ;
– Mauvaise comptabilité, ignorance des prix de revient ;
– Manœuvres malhonnêtes ou déloyales ;
– Expropriation, transfert ;
– Baisse conjoncturelle du chiffre d’affaires ;
– Mauvaise organisation de l’entreprise ;
– Croissance trop rapide ;
– Obsolescence du produit, erreur de diversification ;
– Politique d’investissement trop ambitieuse ;
– Obsolescence de l’outil de production.

 Pour aller plus loin, retrouvez notre kit Prévenir les difficultés de son entreprise.

Nos conseils Prévention