Actu

Le salarié qui retire sa candidature aux élections professionnelles reste protégé

Dès lors que sa candidature est régulière, le salarié reste protégé pendant six mois. Peu importe qu'il ne soit finalement pas élu, qu'il se retire du scrutin ou même que les élections soient annulées.

Le salarié qui retire sa candidature aux élections professionnelles reste protégé

Le salarié candidat aux élections professionnelles est protégé contre le licenciement pendant six mois, à compter de l’envoi par lettre recommandée notifiant à l’employeur sa candidature. Le retrait de cette candidature avant la tenue des élections ne met pas fin à cette protection. C’est ce rappelle la chambre sociale de la Cour de cassation dans un arrêt du 26 septembre 2012.

En l’espèce, un salarié figurait sur la liste de candidats d’un syndicat en vue de l’élection des délégués du personnel. Le scrutin avait été reporté d’un mois et le syndicat avait alors adressé à l’employeur une nouvelle liste de candidats sur laquelle ne figurait plus le salarié. Quelques mois plus tard, le salarié était licencié pour faute grave sans que l’autorisation de licenciement ait été demandée à l’inspecteur du travail.
La cour d’appel avait jugé le licenciement régulier au motif que le salarié avait perdu la qualité de candidat et la protection qui en découle. La Cour de cassation n’a pas été de cet avis. Pour la Haute Cour, le candidat aux élections aux fonctions de délégué du personnel reste protégé pendant six mois, sans que le retrait de sa candidature n’ait d’incidence sur cette protection.

Source : Cass. soc. 26 septembre 2012, n° 11-14.339

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *