Actu

Apprentissage : les alternants et les entreprises ont leur guide du routard

Lors de la présentation de la nouvelle édition du Guide du Routard de l’alternant ce 2 octobre au CFA Stephenson à Paris, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, et l’association Walt à l’origine du guide ont fait la part belle à l'apprentissage.

Apprentissage : les alternants et les entreprises ont leur guide du routard
« Ce guide du routard sera très utile pour de nombreuses TPE qui ne savent pas toujours vers quelle structure se tourner pour embaucher des apprentis », s'est félicitée Elisabeth Borne, ministre du Travail. © Adobe Stock

« Il y a des entreprises qui ne prenaient pas d’alternants qui y viennent aujourd’hui grâce à toutes les aides mises en place par le gouvernement. On ne peut pas laisser tomber les jeunes, cela relève de la responsabilité des entreprises », estime Yves Hinnekint, président de l’association Walt, fondée par des grands acteurs de l’alternance et de l’apprentissage. Cette même association est à l’origine du Guide du routard de l’alternant.

L’ouvrage, dont l’objectif est de rendre l’univers de l’alternance moins complexe pour les entreprises, rappelle les fondamentaux (contrat, droits et devoirs, organisation, salaires…) ; donne des outils utiles avec une foire aux questions, des vidéos témoignages, des bons plans ; des conseils terrain pour booster la réussite de l’alternance, ainsi que des focus régionaux pour accompagner les alternants dans leur quotidien avec le référencement des CFA.

Il sera « très utile pour de nombreuses TPE qui ne savent pas toujours vers quelle structure se tourner pour embaucher des apprentis », se félicite Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

Fiche de paie apprenti 2020
Passez à l’action :

Fiche de paie apprenti 2020

« Une voie de réussite et d’excellence »

La ministre a profité de son allocution pour rappeler que la formation en alternance « facilite l’insertion professionnelle par le développement de compétences au plus près des besoins des entreprises. » Et leur permet de « se révéler par l’expérience ». La meilleure preuve étant qu’un jeune sur deux travaille dans l’entreprise où il a effectué son apprentissage. « C’est une voie de réussite et d’excellence ouverte aux jeunes de tous niveaux », affirme-t-elle.

« Avec l’alternance vous avez le meilleur bagage possible, un peu comme le marcheur du Guide du Routard qui a un sac à dos en forme de globe terrestre. Comme lui, partez à la conquête du monde professionnel !

Si l’image de l’alternance ne cesse de s’améliorer et que ces formations sont de plus en plus souvent proposées comme des alternatives concrètes, cela n’a pas toujours été le cas. « L’alternance était mal vue parmi les familles élitistes. La route royale restait l’enseignement traditionnel et on oubliait l’alternance et la formation technique », regrette Philippe Gloaguen. Le cofondateur du Guide du Routard, fils d’un père instituteur, compare la situation avec nos voisins d’Outre-Rhin : « En Allemagne, toutes les formations, agricoles, techniques ou intellectuelles, sont à égalité. Il n’y a pas de hiérarchie. Ce qui compte c’est que les élèves soient bien où ils sont ».

« Lors d’un voyage à Stuttgart, j’ai rencontré un salarié de Porsche. C’était un apprenti, tellement fier de travailler dans l’entreprise que j’ai cru que c’était le fondateur ! », se rappelle-t-il. Devant le parterre d’apprentis présents ce 2 octobre au CFA Stephenson, Elisabeth Borne s’enthousiasme : « Avec l’alternance vous avez le meilleur bagage possible, un peu comme le marcheur du Guide du Routard qui a un sac à dos en forme de globe terrestre ! Comme lui, partez à la conquête du monde professionnel ! »

Lire aussi Alternance : l’aide à l’embauche des jeunes est entrée en vigueur

« Les aides financières sont efficaces »

La ministre, qui vient d’inaugurer le Bus de l’apprentissage et le Train des CFA des métiers du sport, « Campus 2023 », a également évoqué la mise en place de la prime versée aux entreprises de 5 000 € pour l’embauche de mineurs et de 8 000 € pour les plus de 18 ans. « Dès le mois de juillet, à travers le plan 1 jeune, 1 solution, nous avons mis en place des primes conséquentes pour valoriser l’alternance », rappelle-t-elle. Laquelle reste l’une des priorités du gouvernement : le plan France relance déploie 6,7 milliards d’euros en faveur de l’emploi des jeunes.

« Il faut que les fonds annoncés soient là, sinon les modèles économiques ne pourront pas tenir. »

« Les aides financières sont efficaces, affirme Philippe Poussin, secrétaire général du Conseil national de l’enseignement agricole privé (Cneap). Globalement, nous sommes donc satisfaits sur le court terme mais inquiets pour 2022 avec le tarissement des ressources de France Compétences [autorité nationale unique de régulation et de financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage]. Il faut que les fonds annoncés soient là, sinon les modèles économiques ne pourront pas tenir », se méfie-t-il.

Lire aussi Plan jeunes : jusqu’à 4 000 euros versés pour l’embauche d’un salarié de moins de 26 ans

Des débuts prometteurs

« Nous avons des messages rassurants des CFA sur les entrées et les signatures de contrats », indique Yves Hinnekint. Au sein du Cneap, seuls 7 % des apprentis n’ont pas de contrat, indique Philippe Poussin.

Confiante, Elisabeth Borne espère « faire aussi bien en cette rentrée 2020 qu’en 2019 ». Le nombre de jeunes entrés en apprentissage avait alors progressé de 16 %, avec 485 800 apprentis à la fin de l’année 2019, contre 437 000 en 2018.

Pour rappel, l’aide à l’embauche des jeunes est ouverte jusqu’à fin février 2021 pour tout contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. L’idée étant d’aider « les entreprises à franchir le cap. Il n’a jamais été aussi simple et aussi peu coûteux pour elles d’embaucher un alternant la première année », insiste la ministre.

Charlotte de Saintignon

Laisser un commentaire

Suivant