Actu

Simplifier les formalités et procédures administratives pour les PME

Composée de personnalités françaises et étrangères, la Commission "pour la libération de la croissance" doit rendre ses premières conclusions d’ici un mois. Elles doivent permettre la libération du travail et l’accroissement de la compétitivité des entreprises. Jacques Attali, son président, veut produire plus qu’un simple rapport sans lendemain.

La Commission « pour la libération de la croissance française » présidée par Jacques Attali, a été installée par le président de la République le 30 août dernier, en présence de François Fillon et de plusieurs ministres.

Elle a pour mission de rechercher les moyens d’améliorer la compétitivité et la productivité de l’économie française. Pour ce faire, elle devra analyser les obstacles auxquels se heurtent les projets d’investissement et de développement des petites et moyennes entreprises et examinera les simplifications de procédures qui apparaissent nécessaires.

D’une manière plus large, la Commission Attali devra faire des propositions visant à :
– augmenter le pouvoir d’achat,
– améliorer le fonctionnement du marché des biens et des services,
– renforcer le dynamisme et la mobilité de l’emploi,
– identifier les actions et les réformes à mener.

Elle rassemble 43 personnalités françaises et étrangères disposant d’une expertise affirmée en matière économique et sociale et provenant d’horizons divers : professeurs, anciens ministres, chefs d’entreprise, économistes, avocats, consultants, journalistes, écrivains, … .

Un site internet a été ouvert à l’adresse www.liberationdelacroissance.fr sur lequel s’exprimeront les membres de la commission et les internautes souhaitant participer aux réflexions.

Pour le président de la République, la Commission devra rendre d’ici un mois ses premières propositions « concrètes et pragmatiques » visant à « augmenter notre croissance potentielle de l’ordre d’un point pour retrouver le plein emploi et préserver notre modèle social ». Nicolas Sarkozy a également plaidé pour des « simplifications administratives », la mise en place d’un « Small Business Act à l’Européenne », avec un objectif de « 2.000 nouvelles PME de 500 salariés ».

Lors d’une rencontre à Matignon, le Premier ministre a aussi appelé Monsieur Attali à réfléchir à l’accès des PME au crédit, à l’épargne et aux marchés financiers.

La Commission a d’ores et déjà commencé ses travaux. Plusieurs groupes de travail ont été constitués, notamment sur le pouvoir d’achat et la compétitivité. Des personnalités du monde économique seront auditionnées, a précisé Jacques Attali, comme « le gouverneur de la BCE, le président de la Commission européenne, le directeur général de l’OCDE ou bien celui de l’OMC ».

Les experts réunis autour de Jacques Attali ont jusqu’à la fin de l’année pour rendre leur rapport définitif.

Espérons que le travail de cette commission n’aboutisse pas à un simple rapport de plus sans lendemain sur les freins de la croissance, comme celui de Michel Camdessus !

Rédaction de NetPME
redaction@netpme.fr  

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *