Actu

Un pas de l’administration fiscale en direction des PME

L’article 25 de la Loi de finances rectificative 2004 publiée au Journal Officiel du 31 décembre dernier permet aux petites entreprises, si elles le souhaitent, de demander à l’administration fiscale de vérifier leurs écritures.

Cette mesure s’adresse aux entreprises dont le chiffre d’affaires n’excède pas 450.000 Euros (ou 1,5 Million d’Euros quand l’activité principale consiste à fournir un logement ou à vendre des marchandises à emporter ou à consommer sur place).
 
L’entreprise ainsi concernée peut demander à l’administration fiscale de vérifier certaines opérations passées ou en cours, cette dernière se réservant le droit de donner une suite favorable ou non à cette requête. L’intérêt de cette procédure est d’apporter à l’entreprise demanderesse une sécurité juridique.
Lorsque le fisc donne satisfecit à l’entreprise quant à ses bonnes pratiques fiscales, il ne lui est alors plus possible de revenir ultérieurement sur sa position.
 
Par contre, si des erreurs, inexactitudes, omissions ou insuffisances sont constatées, l’entreprise pourra, dans les 30 jours, régulariser sa situation et s’acquitter des sommes dues moyennant le paiement d’un intérêt de retard diminué de moitié (0,375% par mois de retard au lieu des usuels 0,75%).
 
Ces dispositions sont applicables aux demandes présentées à compter du 1er janvier 2005.
 

Cependant, si la bonne foi de l’entreprise n’était pas avérée, elle pourrait alors s’exposer à une procédure de redressement. 


Source : Rédaction de NetPME
Contact :
redaction@netpme.fr

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *