Actu

Lancement du programme "Gazelle" pour PME à forte croissance

Mieux accompagner les PME à forte croissance, c’est le but du programme "Gazelle" lancé le 11 mai 2006 par le gouvernement. Dédié aux 2000 entreprises les plus dynamiques, ce programme vise à leur apporter financements, accès à des spécialistes, en plus d’un soutien des investisseurs de proximité.

Renaud Dutreil, Ministre des PME, du Commerce, de l’Artisanat et des Professions Libérales, a lancé le jeudi 11 mai, devant 500 chefs d’entreprise réunis à la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, le Programme « Gazelle » pour accompagner les PME à forte croissance.

« Pour renforcer notre croissance, nous avons besoin d’une nouvelle génération d’entreprises porteuses de nouveaux projets, de nouvelles innovations et capables d’exporter en nombre », a déclaré Renaud Dutreil.

Mais qui sont ces gazelles ? Le Ministre des PME les a sélectionnées parmi l’ensemble des sociétés françaises comptant 5 à 250 salariés. 2.000 PME indépendantes dont le chiffre d’affaires a augmenté de plus de 34% en 2003, puis à nouveau de plus de 34% en 2004, ont ainsi été labellisées.

Ces gazelles sont fortement créatrices d’emplois puisque leur masse salariale et leur nombre de salariés ont plus que doublé en deux ans. Elles sont réparties dans tous les secteurs de l’économie. Les services aux entreprises rassemblent plus du quart des gazelles (28%). Le commerce (20%) et la construction (17%) suivent. Ces entreprises sont établies dans toutes les régions françaises.

Les gazelles recrutent toutes, ou presque, très notoirement en CDI (77%). Un quart d’entre elles ont recours au CNE (Contrat Nouvelles Embauches). Elles recrutent à un rythme élevé, la principale difficulté étant de trouver des collaborateurs qualifiés. Plus de 50% d’entre elles placent également la gestion de trésorerie en tête de leurs difficultés, suivie par la gestion des formalités administratives. Dans près d’un tiers des cas, leur développement a été ralenti par une difficulté d’accès au financement.

Ces entreprises à forte croissance attendent avant tout de l’Etat des impôts et des cotisations sociales réduits et de la souplesse dans les contrats de travail.

Afin d’aider ces gazelles à passer un cap difficile, le gouvernement a annoncé la création d’un « statut d’entreprise de croissance » qui leur permettra de bénéficier pendant au moins deux ans d’un soutien particulier visant à neutraliser les surcoûts liés à cette croissance.

Pour ce faire, le gouvernement va mettre en place, dans le cadre de la prochaine Loi de finances, « un nouveau mécanisme de gel de l’impôt sur les sociétés » avec application dès le 1er janvier 2007, afin de « neutraliser toute augmentation de cet impôt durant la période de croissance ».

« Les bénéfices pourraient ainsi être réinvestis dans le développement de l’entreprise et dans les embauches de nouveaux salariés », a déclaré le Premier ministre Dominique de Villepin, qui présidait cette manifestation. Il a par ailleurs promis que les PME en croissance pourraient bénéficier d’un décalage de six mois du paiement des cotisations sociales des salariés embauchés. Enfin, il a annoncé que le programme de 2 milliards d’euros annoncé par Jacques Chirac dans le cadre du renforcement du capital risque sera « opérationnel dès cet été ».

Le programme « Gazelle » prévoit enfin de favoriser les rencontres entre PME, grâce à l’aide d’associations de chefs d’entreprises et aux chambres de commerce et d’industrie. Il s’agira de créer et d’animer le réseau des « gazelles labellisées » afin de développer leurs opportunités de contact et de structurer une offre spécifique de partenaires majeurs, publics et privés, pour les soutenir dans leur croissance.

Les 2.000 PME sélectionnées pourront accéder plus facilement aux financements et aux conseils de business angels (ou investisseur à titre individuel) dont l’objectif du gouvernement est de faire passer le nombre en France de 4.000 actuellement à 6.000 d’ici 2009. A cet effet, Renaud Dutreil a lancé un appel à projets pour la mise en réseau des « business angels » dont les lauréats pourront obtenir jusqu’à 100.000 euros d’aide publique.

Enfin, les gazelles bénéficieront d’un soutien d’experts en matière juridique (avocats), d’expertise comptable (obtention des financements, approche export, …) et de notariat.

Le monde patronal composé du Medef, de la CGPME, des chambres de commerce et d’industrie, des experts-comptables et autres associations a applaudi à l’annonce de ce dispositif.

Dans un communiqué de presse du 11 mai 2006, le Medef a salué l’initiative du gouvernement visant notamment à « réinvestir les bénéfices dans le développement de l’entreprise » et à « renforcer ses fonds propres ».


Source : Rédaction de NetPME
Contact :
redaction@netpme.fr

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *