Actu

"Le stress au travail doit être combattu à la fois par les employeurs et les travailleurs"

L'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, l'EU-Osha, lance sa nouvelle campagne. Durant deux ans, elle va s'attaquer aux risques psychosociaux. Ceci alors qu'actuellement, l'UE n'a toujours pas de stratégie européenne pour la santé et la sécurité au travail, la précédente ayant expiré fin 2012.

« Le nouveau cadre stratégique de l’UE sur la santé et la sécurité au travail pour 2014-2020 insistera sur la nécessité de renforcer la protection de la santé mentale des travailleurs afin d’empêcher l’apparition de maladies professionnelles », a déclaré lundi László Andor, commissaire européen chargé de l’emploi, des affaires sociales et de l’inclusion, à l’occasion du lancement de la nouvelle campagne de l’EU-Osha (agence européenne pour la sécurité et la santé au travail). Après deux ans de campagne sur la prévention des risques, qui a œuvré à la fois sur le rôle du management et sur la participation des travailleurs aux enjeux de la sécurité et la santé au travail – et qui s’est conclue en novembre dernier à Bilbao.

Des risques plus difficiles à gérer

Selon le dernier sondage d’opinion paneuropéen mené par l’EU-Osha, 51 % des travailleurs considèrent que le stress lié au travail est un problème fréquent et 4 travailleurs sur 10 pensent que le stress n’est pas correctement pris en charge par leur employeur. La même enquête a montré que plus de 40 % des employeurs considèrent que les risques psychosociaux sont plus difficiles à gérer que les risques professionnels plus « traditionnels », tels que les chutes de hauteur ou l’exposition à des produits chimiques. « Malgré la présence croissante du stress lié au travail et l’augmentation des coûts connexes, ce phénomène reste largement incompris et très sensible », explique Christa Sedlatschek, directrice de l’agence. « Par l’intermédiaire de cette campagne, nous voulons sensibiliser les employeurs à ce problème et les aider à gérer les risques psychosociaux. Le stress lié au travail est un problème organisationnel et, en tant que tel, il devrait être combattu à la fois par les employeurs et les travailleurs. »

« Bonnes pratiques » dans le cadre stratégique

Le commissaire László Andor assure donc que « le cadre stratégique proposera une série d’actions, telles que le partage des bonnes pratiques, afin de promouvoir la santé mentale au travail ». « L’environnement de travail doit être positif non seulement pour permettre aux employés de travailler plus longtemps, mais également pour s’assurer qu’à l’âge de la retraite, les travailleurs seront encore en bonne santé », ajoute-il. Le hic étant qu’actuellement, formellement, l’Europe n’a plus de stratégie sur la santé au travail. Aucune nouvelle stratégie n’est venue relayer celle qui avait été définie pour la période 2007-2012.

« Contre l’avis du Parlement »

Selon Bernadette Segol, secrétaire générale de la CES (confédération européenne des syndicats), ceci s’explique par le fait que « la Commission européenne considère que les législations sur la santé et sécurité au travail doivent se faire au niveau national », alors même que la santé au travail est bien une compétence communautaire, établie en 1986 avec l’Acte unique européen. En janvier, la député européenne EELV Karima Delli, membre de la commission « emploi et affaires sociales » du Parlement européen rappelait que « contre l’avis du Parlement, la Commission a refusé de publier une Stratégie européenne pour la santé et la sécurité au travail pour la période 2014 – 2020 alors que les conditions de travail de millions d’Européens ne cessent de se dégrader ».

L’EU-Osha a un programme 2014-2020

L’EU-Osha avance tout de même ses projets, l’agence a de son côté défini fin 2013 son programme stratégique pluriannuel 2014-2020, où figure donc la campagne lancée lundi, qui s’étalera sur deux ans et aura pour objectif de « sensibiliser l’opinion aux problèmes psychologiques et aux outils
disponibles pour leur prévention ». « On peut lutter contre les risques psychosociaux de manière systémique, à l’instar de ce qui fait en matière de risques pour la santé et la sécurité au travail ; la campagne vise à promouvoir l’utilisation d’outils simples qui peuvent aider les organisations à gérer efficacement ces risques », présente l’Eu-Osha qui prévoit durant les deux ans qui viennent d’organiser « des sessions de formation, des conférences et des ateliers, des affiches, des concours cinématographiques et photographiques, des questionnaires, des systèmes de suggestion, des campagnes publicitaires et des conférences de presse ». Premier rendez-vous, le 15 avril, avec le lancement du « prix européen des bonnes pratiques ».

 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *