Actu

Loi Macron et travail dominical : une demi-mesure?

L’élargissement de l’ouverture des commerces le dimanche peut être un accélérateur de croissance pour les commerces. Pour autant, certaines organisations pointent du doigt la timidité de la loi Macron et voudraient aller plus loin.

Loi Macron et travail dominical : une demi-mesure?

Ouvrir le dimanche serait-il une façon d’augmenter son chiffre d’affaires ? La Commission d’étude des effets de la loi pour la croissance et l’activité, (la fameuse loi Macron, débattue depuis lundi à l’Assemblée nationale) tend à penser que oui, l’ouverture des commerces le dimanche favorise le développement du chiffre d’affaires. La Commission en est arrivée à ces conclusions en étudiant les impacts de la libéralisation de l’ouverture dominicale des commerces chez nos voisins européens : et, selon l’OCDE, cette libéralisation augmenterait non seulement le chiffre d’affaires mais aussi le nombre de créations d’entreprises. L’ouverture des commerces le dimanche serait-elle pour autant la sauveuse de la croissance française ? Elle pourrait y contribuer selon la commission, mais à un détail près : pour que ce cercle vertueux se mette en marche, les autres pays européens ont complètement libéralisé l’ouverture des commerces le dimanche !

Travail dominical : libre décision pour… les maires

Car pour rappel, le projet de loi propose de passer de la possibilité pour les commerces d’ouvrir 5 dimanches par an, à 12 dimanches par an. Le choix de ces 12 dimanches revenant aux maires de chaque commune (ou au préfet en ce qui concerne la capitale). Mais l’AFEC (Association française d’étude de la concurrence) et la FCA (Fédération des enseignes du commerce associé) partagent le même avis : pourquoi ne pas laisser le libre choix aux commerçants ? « L’opportunité d’ouverture devrait plutôt appartenir au commerçant car son choix peut être très divers, en fonction de la taille de son point de vente, du potentiel de sa zone, de son stock, des événements locaux, du comportement des commerces de sa zone etc. » D’autant que les habituelles périodes d’ouverture le dimanche (Noël, rentrée scolaire, soldes, fête des mères…) ne sont pas pertinentes pour tous les commerces ! La FCA en est bien consciente : « Un magasin de jouets préférera tronquer un dimanche de la fête des mères pour un dimanche de plus en décembre ». Ce critère de choix pourrait donc bien être crucial pour l’augmentation du chiffre d’affaires tant attendue. Pour autant, le libre choix des commerçants n’est pas (encore ?) dans les tuyaux…

Evaluer ce contenu :

Loi Macron et travail dominical : une demi-mesure?
5 (100%) 1 vote

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *