Actu

De nouvelles mesures en faveur des jeunes

Baptisé « Agir pour la jeunesse », le plan d'action gouvernemental en faveur des jeune prône une réforme du dispositif d’orientation, entend lutter contre le décrochage scolaire et contient des mesures en faveur de la santé, du logement et de l'autonomie financière des jeunes.

De nouvelles mesures en faveur des jeunes

Nicolas Sarkozy, a dévoilé, le 29 septembre dernier, son nouveau plan d’action en faveur des jeunes. Baptisé « Agir pour la jeunesse », le plan prône une réforme « de fond en comble » du dispositif d’orientation, entend lutter contre le décrochage scolaire et contient des mesures en faveur de la santé, du logement et de l’autonomie financière des jeunes. Au total, 500 millions d’euros devraient être débloqués chaque année dans le cadre de ce nouveau plan dès 2010.

Améliorer l’orientation au sein du système de formation

Le plan prévoit la mise en place d’un véritable service public de l’orientation pour informer les jeunes sur les filières de formation et leurs débouchés professionnels. Les opérateurs nationaux de l’orientation seront rapprochés et dotés, dès la rentrée 2010, d’une plate-forme téléphonique et internet commune. Le chef de l’Etat souhaite également placer l’orientation au cœur de l’éducation nationale. Tout au long de la scolarité, les jeunes pourront bénéficier d’actions de découvertes des métiers, d’information sur les filières de formation, de conseil sur les choix possibles. Enfin, un livret de compétences sera expérimenté. Elargi au-delà des résultats scolaires, il permettra aux jeunes de valoriser les aptitudes acquises dans des activités associatives, sportives et culturelles. Il sera mis en place début 2010 dans les établissements et académies volontaires.

Combattre le décrochage scolaire

Un droit à la formation ou à l’emploi pour les 16-18 ans prolongera sous une forme différente l’obligation scolaire afin de ne laisser aucun jeune sans accompagnement et soutien. Des plates-formes régionales d’orientation seront mises en place dès la rentrée 2010. Elles garantiront le repérage et le suivi de tous les décrocheurs scolaires en leur proposant une place en école de la deuxième chance, en apprentissage ou en formation. A cet effet, 30 millions d’euros seront dégagés dès 2010 et 40 millions supplémentaires seront consacrés aux missions locales chargées de l’accompagnement des jeunes.

Poursuivre les efforts pour l’accès des jeunes à l’emploi

La formation en alternance sera renforcée et le statut des apprentis amélioré afin qu’ils bénéficient des avantages accordés aux étudiants (réduction sur les loisirs et les transports, accès aux restaurants universitaires…). Une campagne de communication sera lancée pour valoriser l’apprentissage auprès des jeunes et de leurs familles. La fonction publique devra également accueillir davantage d’apprentis. Les stages hors cursus seront interdits tandis que les pré-recrutements dans le secteur privé seront autorisés. 80 millions d’euros seront dégagés en 2010 pour mettre en oeuvre ces orientations.

Aider les jeunes à s’assumer financièrement

Le nouveau plan gouvernemental prévoit l’extension du RSA aux jeunes de moins de 25 ans ayant travaillé au moins deux ans sur une période de trois ans. Pour mettre en oeuvre cette mesure, une enveloppe de 250 millions sera débloquée dès 2010. Nicolas Sarkozy a également annoncé un allongement du calendrier universitaire dans les filières qui le nécessitent. Pour les étudiants dont le cursus s’est allongé ou doit s’allonger, le chef de l’Etat a autorisé le versement d’un dixième de mois de bourse. L’aide à l’acquisition d’une assurance complémentaire santé sera doublée, passant de 100 à 200 euros. Enfin, une enveloppe de 50 millions sera attribuée à Martin Hirsch, Haut commissaire à la Jeunesse, pour conduire des expérimentations dans différents domaines. Trois outils seront testés : des aides spécifiques seront allouées aux 16-18 ans décrocheurs du système scolaire, qui feront l’effort de suivre un parcours de réinsertion. Une garantie minimale de ressources sera versée aux 18-25 ans peu qualifiés ou au chômage sur une longue durée et qui acceptent toute offre de formation ou d’emploi. Enfin, une dotation autonomie permettrait aux 18-25 ans de bénéficier directement d’une partie des aides publiques (allocations familiales, quotient familial…) jusque-là attribuées à leurs parents.

Nathalie Lepetz
Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *