Interview

Anne-Laure Constanza, fondatrice et dirigeante de Enviedefraises.fr

A la tête d’un site de e-commerce et présidente de l’association Mompreneurs qui promeut l’entrepreneuriat chez les jeunes mamans, Anne-Laure Constanza multiplie les projets avec succès. Pour tout concilier, elle avoue un secret : le soutien de son équipe et de son conjoint.

Anne-Laure Constanza, fondatrice et dirigeante de Enviedefraises.fr

Comment est né Envie de fraises ?

L’idée a germé quand j’étais enceinte de mon premier enfant, fin 2004. A l’époque, j’avais déjà créé une société de conseil spécialisée dans la Chine et je vivais entre Pékin et Paris. Désireuse d’offrir un environnement plus stable à mon enfant, j’avais envie de changer d’activité, sans pour autant vouloir retrouver une activité salariée.
Je surfais alors beaucoup sur Internet, et notamment sur les sites de vêtements de grossesse, mais je trouvais l’offre plutôt pauvre et soit peu valorisante, soit très chère. C’est alors que j’ai eu l’idée de créer un site proposant à la fois de l’information et des produits, ces derniers devant être basiques, de bonne qualité et pas trop chers. Avec une particularité : je ne me contentais pas de vendre les produits des autres, mais créais ma propre ligne de vêtements.

Comment s’est passé le lancement ?

Le succès a été immédiat. Le site a été lancé en octobre 2006 et, très vite, les produits ont plu. Et j’ai bénéficié d’un atout décisif : les futures mamans sont sans cesse à l’affût d’informations et elles adorent s’échanger les bons tuyaux. Autre avantage : comme nous étions bien référencés sur Google, le site a été bien accueilli par la presse féminine. Dès qu’un journaliste faisait un sujet sur la grossesse, Enviedefraises.fr apparaissait sur la première page de résultats.
Il faut dire aussi qu’il y a trois ans, c’était plus facile de se faire connaître : il y avait moins d’acteurs sur ce marché, surtout avec des produits exclusifs et des prix abordables. Je ne sais pas si on aurait le même décollage immédiat si l’on se lançait maintenant.

Quels sont les facteurs du succès du site ?

Un des avantages d’internet, c’est qu’il est facile de tester des idées ou des produits. C’est comme ça qu’est née la Box (kit composé de cinq vêtements de maternité), il y a un an environ, au début de la crise économique. Pratique avec ses produits basiques, très abordable (79 euros), avec un packaging sympa, c’est aujourd’hui notre produit phare. Son succès est tel qu’il est désormais disponible aux Galeries Lafayette et bientôt dans une grande chaîne de puériculture. On envisage d’ailleurs de développer ce concept avec d’autres couleurs et de nouveaux produits.

Comment faites-vous pour coller aux attentes de vos clientes ?

On fait les beaucoup participer, car on s’est rendu compte que les internautes sont très réactives. On utilise notamment un levier intéressant : Facebook. On y est présent depuis trois mois et l’on compte 600 fans. On aimerait vraiment construire un dialogue différent avec nos clientes, via ce réseau social et via Twitter (outil de réseau social et de microblogging, NDLR).

Comment financez-vous votre développement ?

Nous avons réalisé une première levée de fonds de 500.000 euros avec des business angels en 2008. Cette étape nous a permis de développer la future maman et de commencer à ouvrir la puériculture. Nous sommes ainsi passés de 150 références au départ, à plus de 2000 aujourd’hui. J’envisage désormais une autre levée de fonds pour amorcer un nouveau projet : le développement à l’international…

Quels sont vos autres projets ?

Aujourd’hui, notre principal challenge, avec un environnement concurrentiel important, est de fidéliser nos clientes jusqu’aux trois ans de l’enfant. Même si nous sommes bien positionnés, notre cible offre la particularité d’être glissante : nous sommes sans cesse en reconquête ! C’est pourquoi nous allons proposer un nouveau site début octobre. En plus des nouveaux produits prévus pour étoffer la gamme bébé, il va proposer une partie éditoriale plus fournie (conseils, vidéos de spécialistes) pour apporter un plus à nos clientes.
Parallèlement, je souhaiterais continuer l’action que je mène depuis le début de l’année avec l’association Mompreneurs : je suis une militante de l’entrepreneuriat !

Qu’est-ce que les mompreneurs et quelle est la raison d’être de cette association ?

Les mompreneurs, ce sont ces femmes qui créent leur entreprise après l’arrivée d’un enfant. Véritable phénomène de société aux Etats-Unis (plus de 7 millions), les mompreneurs sont de plus en plus nombreuses en France.
L’association a pour objectif de promouvoir ce mouvement. Nous sommes par exemple en contact avec le cabinet d’Hervé Novelli pour évoquer les mesures à prendre pour faire avancer les choses, notamment en ce qui concerne le financement : aujourd’hui pour les femmes, c’est très compliqué. Nous serons aussi présents au salon des micro-entreprises (du 6 au 8 octobre, au Palais des Congrès de Paris, NDLR) à travers trois conférences ciblées ainsi que pour la remise du premier Prix de la Mompreneur de l’année.

Propos recueillis par Nelly Lambert
Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Anne-Laure Constanza, fondatrice et dirigeante de Enviedefraises.fr
3 (60%) 2 votes

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *