Interview

Bertrand Larcher, fondateur des Breizh Café

Fondateur des Breizh Café, un concept de crêperies où l'on mange la galette sous toutes les formes, Bertrand Larcher est un homme ambitieux. Aujourd'hui, il compte six restaurants en franchise au Japon, un à Cancale et un à Paris. De véritables ambassades de la culture bretonne…

Bertrand Larcher, fondateur des Breizh Café

Quelle image avez-vous des crêperies en France ?

Bertrand Larcher : Une très mauvaise image. Je trouve qu’il y a davantage de gens qui devraient s’intéresser à la qualité de la matière première car aujourd’hui, ils dévalorisent le métier.

Pourtant, il existe par exemple en Bretagne un label, Crêperie Gourmande, qui garantit une certaine qualité…

On y est adhérent depuis cette année, et ça va dans le bon sens. Mais ce n’est pas encore abouti. Il y a par exemple des crêperies qui ont ce label et qui n’utilisent pas de farines bretonnes.

Au Japon, vous avez opté pour un développement en franchise. Pourquoi ?

Je suis encore débutant en la matière, mais je trouve intéressant de partager un savoir-faire. Le plus difficile, c’est quand même de trouver un bon partenaire. Nous travaillons avec le groupe Kineya, qui emploie 12.000 salariés et compte plus de 600 restaurants. Avec lui, on veut s’installer partout : Kyoto, Kobe, Osaka… Nous voulons ouvrir trois restaurants par an.

Avez-vous des projets dans d’autres pays ?

J’espère développer Breizh Café sur le continent asiatique comme la Chine, mais aussi les États-Unis, l’Afrique, l’Angleterre…

Et avez-vous des projets en France ?

Pas pour le moment. Il y a 6.000 crêperies en France, le produit est déjà bien répandu ! On a juste prévu de créer un espace dégustation de fruits de mer et produits japonais, ainsi que sept chambres, au-dessus du Breizh Café de Cancale. C’est pour le printemps 2009.

Vous allez ouvrir en novembre prochain un nouveau Breizh Café à Nagoya, au Japon. Pourquoi cette ville ?

Après Tokyo, c’est une ville avec une économie en pleine santé. Le groupe Toyota est au cœur de l’activité. Nous serons installés au-dessus de la gare, en plein centre.

Est-ce difficile de s’implanter au Japon quand on est Français ?

Je ne pense pas. Pour tout étranger, l’essentiel est d’avoir une parfaite connaissance de la culture.

Parcours

25 juin 1966 : Naissance à Fougères.
1982 : il entre à l’école hôtelière de Dinard.
1986 : il part à Genève, où il devient second maître d’hôtel dans un établissement haut de gamme.
1993 : il travaille dans un restaurant japonais, toujours en Suisse.
1995 : Bertrand Larcher s’installe au Japon et ouvre son premier restaurant.
2003 : il ouvre un restaurant à Fougères, en Bretagne.
2004 : il installe son premier établissement sous la marque Breizh Café, à Cancale.
2007 : il implante une enseigne à Paris.
Novembre 2008 : Ouverture d’un Breizh Café à Nagoya, au Japon

Propos recueillis par Philippe Créhange
Le Journal des Entreprises

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *