Interview

Catherine Sarrat, co-gérante de EFCA, à Riom (Puy-de-Dôme)

Reprise d’entreprise, changement de statut, redressement de l’activité… Les paris relevés en quelques mois par Catherine Sarrat, co-gérante d’une petite société de formation et d’insertion, ont été nombreux. Une expérience passionnante, qu’elle retenterait, de son aveu même, « les yeux fermés ».

Catherine Sarrat, co-gérante de EFCA, à Riom (Puy-de-Dôme)

Vous avez repris EFCA en 2006. Dans quel contexte ?

En 2005, à la suite de problèmes de trésorerie, EFCA a été placé en redressement judiciaire puis a déposé le bilan. Notre entreprise de formation et d’insertion travaille en effet beaucoup avec des acteurs publics (conseil régional, Pôle Emploi). Les actions de formation étaient menées sur un an, six mois dans le meilleur des cas, ce qui impliquait des conditions de paiement très longues. Devant la menace de fermeture, toute l’équipe s’est réunie et a décidé de ne pas arrêter l’activité. Ce qui impliquait soit de trouver un repreneur, soit que ce repreneur soit un salarié de l’entreprise. En fait, la gérante d’alors envisageait déjà de transmettre l’activité depuis quelques années et l’idée de la coopérative était dans l’air du temps. Finalement, on ne s’est pas trop posé de questions et on s’est dit que c’était le moment de transformer l’EURL en Scop. Tout est ensuite allé très vite.

Comment cette décision s’est-elle concrétisée ?

La transition a duré six mois pendant lesquels l’Union régionale des Scop d’Auvergne nous a accompagnés en nous expliquant le fonctionnement et les particularités d’une coopérative. On avait des réunions de travail tous les 15 jours. Nous avons également bénéficié de la présence d’un parrain, une entreprise qui avait elle aussi été transformée en Scop et qui est venu parler de son expérience avec nous.
Le changement s’est concrétisé avec l’ouverture du capital aux salariés. Certains ont mis 500 euros, d’autres 1000 ou 5000 et au final nous avons atteint 24.800 euros de capital. Sur les 15 salariés que comptait alors EFCA, 13 sont devenus associés. De mon côté, je ne me voyais pas seule au gouvernail. D’où l’idée de la gérance à deux têtes avec Nathalie Miranda, elle aussi dans la société depuis des années et avec qui on se complète naturellement. Elle s’occupe de toute la partie pédagogie et moi du personnel, des clients et des fournisseurs, mais quand c’est nécessaire, comme lors d’un recrutement, nous décidons à deux.

Comment cette double transformation a-t-elle été accueillie en interne et en externe ?

Les salariés ont tout de suite adhéré, en se disant qu’un petit bout de la société allait leur appartenir. L’équipe en place avait déjà cette mentalité, mais avec la philosophie de la coopérative – un homme égale une voix – chacun se sent encore plus investi. On parle ensemble de la stratégie, on étudie ensemble les solutions et on décide ensemble, même s’il y a quand même une hiérarchie. C’est à la fois sécurisant et dynamisant.
Du côté de nos clients, ils connaissaient nos difficultés. Durant toute l’année 2007, nous avons travaillé à les convaincre que la qualité de travail serait inchangée. La reprise et le changement de statut ont été bien perçus, même par nos fournisseurs. D’ailleurs, nous n’en avons perdu aucun, que ce soit d’un côté ou de l’autre.
Quant à moi, je me suis découvert de nouvelles compétences. J’avais plutôt un profil de gestionnaire et désormais je m’occupe également de la commercialisation, du management…

Vous avez repris une activité en difficulté. Comment se porte-t-elle aujourd’hui ?

Aujourd’hui nous n’avons plus le même problème lié aux délais de paiement. Ils sont désormais de 45 jours et nous avons senti le changement.
Paradoxalement, la conjoncture devrait être bénéfique pour notre activité avec l’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi. Aujourd’hui, nous travaillons à 90 % avec des partenaires publics, Pôle Emploi ou conseil régional. Mais notre souhait est de développer le secteur privé. Nous sommes d’ailleurs référencés Fongecif (NDLR : Fonds de gestion du congé individuel de formation) depuis le début de l’année et nous commençons à mettre en place des modules Dif (NDLR : Droit individuel à la formation). Notre objectif est de réaliser cette année une progression de 20 % sur ce marché. Pour autant, nous ne souhaitons pas grossir exagérément. Si on commence à passer le cap des 20 salariés, je crains de perdre l’esprit qui nous anime aujourd’hui …

Propos recueillis par Nelly Lambert
Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *