Interview

Cédric Richard, cofondateur de Signes & Formations

Premier centre de formation bilingue en langue des signes et français, la SCOP Signes & Formations, créée en octobre à Saint Etienne, est née de la rencontre de deux sourds et deux entendants qui ont uni leurs compétences complémentaires pour rendre la formation accessible aux sourds.

Cédric Richard, cofondateur de Signes & Formations

Comment est né ce projet et pourquoi?

Signes & Formations est né d’un constat : il n’existe pas d’organisme de formation en langue des signes française (LSF) pour les sourds, ce qui participe à leur exclusion du monde de l’éducation et de l’emploi.  Il faut savoir qu’en France, l’illettrisme touche 80% des sourds et seuls 4% d’entre eux ont accès aux études supérieurs. Conséquence logique et dramatique de cette déficience de formation : le chômage concerne la moitié de cette population qui, quand elle travaille, reste cantonnée aux emplois non qualifiés. Il était donc urgent, en France et en 2012, d’offrir une réponse à un besoin qui a manifestement du mal à se faire entendre…

Comment s’est constituée l’équipe ?

L’équipe des quatre associés fondateurs illustre l’ambition du projet de bâtir un pont entre l’univers des sourds et des entendants. Notre « quatuor » respecte une parité parfaite sourds/entendants, hommes/femmes, mais aussi une complémentarité au niveau des compétences pédagogiques et linguistiques.

D’un côté, Camille Vandecreme et Christian Chomarat, qui font partie de l’extrême minorité des sourds et malentendants ayant réussi à mener avec succès des études supérieures, et bénéficient d’une expérience professionnelle significative dans le domaine de l’informatique et de l’ingénierie de la formation. De l’autre, deux entendants, Karine Lasne, interprète en langue des signes et moi-même, issu du milieu de la formation, qui ajoutons une brique complémentaire à l’édifice.

Nous avons aussi choisi de constituer notre entreprise sous forme de société coopérative et participative (Scop) dont la nature correspondait le mieux à notre projet, à cheval entre le domaine associatif et le secteur marchand.

Quelles sont les différentes composantes de votre offre ?

Nous articulons notre offre en deux principales sections : d’une part, des modules de formation en informatique et en français dispensés en cours « présentiels » et complétés par des supports en e-learning. Ces formations répondent aux besoins les plus importants détectés chez les sourds qui souffrent bien plus que le reste de la population de la fracture numérique et de l’illettrisme. Le cursus d’initiation à l’informatique sera sanctionné par l’obtention d’un certificat décerné par le ministère de l’éducation nationale B2i (Brevet informatique et internet).

D’autre part, nous concevons des modules de formation sur -mesure grâce à nos compétences en ingénierie. Cette offre s’adresse tout particulièrement aux entreprises souhaitant former leurs salariés sourds et qui n’avaient jusque-là que l’interprétariat en langue des signes pour le faire. Or, l’interprétariat ne répond que partiellement aux besoins d’une formation qui, pour être bien comprise, doit être conçue dans la langue « maternelle » de ses destinataires et faire l’objet d’échanges et d’interactions de leur part.

Quel a été l’accueil réservé à votre entreprise auprès de la population ciblée et quels sont vos objectifs pour 2013 ?

Nous avons été agréablement surpris par les échos très positifs qui nous sont parvenus de toutes parts de la communauté des sourds, très friands de toutes les initiatives participant à valoriser la langue des signes.

Dès le lancement de notre site internet et de notre page facebook, nous avons eu un nombre de fans importants et un accueil très enthousiaste.  Notre vidéo d’accueil a été visionnée par 6000 personnes en 15 jours avec un taux de viralité de 75%

Notre objectif est d’approcher les 200 K€ de chiffre d’affaires en 2013 avec une population de 300 personnes inscrites à nos différentes formations. Compte-tenu de la large palette de notre offre et des besoins actuels du marché, nous sommes très confiants…

 

Propos recueillis par Houda El Boudrari

Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu