Interview

Christophe Lucas, dirigeant de l’agence de communication Des ronds dans l’eau, à Trégueux (22)

2009 a été une bonne année pour le Briochin Christophe Lucas. Son agence de communication, Des ronds dans l'eau (DRDE), triple lauréate des trophées Bretagne communication, a été retenue pour la refonte des sites internet des Vieilles Charrues.

Christophe Lucas, dirigeant de l’agence de communication Des ronds dans l’eau, à Trégueux (22)

Pourquoi avoir choisi de créer une agence de communication dans les Côtes-d’Armor ?

Le besoin de communiquer est partout. Il est vrai que beaucoup d’entreprises locales connaissent mal les agences de communication. On a du boulot ! Mais, il y a plein d’entreprises. Nous avons choisi de jouer la proximité. 80 % de notre clientèle est costarmoricaine. La notion de « gros client » n’est pas dans mon ADN, j’ai une approche des choses différentes, DRDE travaille aussi bien pour des collectivités, des compagnies de spectacles vivant que pour des petits commerces.

Avec la crise, les budgets communication des entreprises ont fondu. Comment vous en sortez-vous ?

Notre meilleure année a été 2007 et la pire, 2008. Actuellement, nous ne sommes toujours pas dans l’euphorie. Nous avons pris le temps de travailler notre propre communication en menant une enquête auprès de nos clients. De cette enquête sont nés une newsletter et un nouveau site. Nous avons également davantage formalisé les choses. Nous passons beaucoup de temps à analyser la demande du client, avec lui. Ces rencontres sont suivies d’un compte-rendu précis avec un devis, un planning. La communication n’est pas une science exacte, et si nous ne pouvons pas apporter de garanties de résultats, nous pouvons apporter des garanties de moyens. Notre mission historique est la création et nous avons aujourd’hui notre marque de fabrique.

Quels sont vos axes de développement ?

DRDE développe actuellement un nouveau projet d’architecture commerciale que j’apprécie énormément : le concept global. Nous travaillons en collaboration avec un architecte, l’idée, à terme, étant de rapprocher nos deux structures. Chaque commerce a sa propre problématique commerciale, il faut trouver un sens au magasin afin d’arriver à une structuration interne. En ce moment, nous travaillons sur la notion de franchise, ce qui est un peu l’aboutissement de notre démarche. Si l’on prend ce tournant, c’est par goût, mais également parce que l’on se bat pour le même gâteau et qu’on est beaucoup dessus ! (NDLR : il existe une dizaine d’agences de com’ ou studios de création sur le département).

Bénédicte Hascoët
Le Journal des Entreprises

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *