Interview

Isabelle Guedj : "Nous faisons de l'equity crowdfunding pour ouvrir notre capital"

Isabelle Guedj a lancé, il y a 2 ans, un nouveau concept : louer des espaces de réception avec cuisine équipée pour des événements organisés tant par des particuliers que par des entreprises. C’est L’Appartelier.

Isabelle Guedj :

Quel est le concept de L’Appartelier ?

Le concept est de louer, pour un événement, un espace de réception et une cuisine équipée avec services. De nombreux habitants de grandes villes ne peuvent pas recevoir chez eux car ils ont des logements trop petits. Au restaurant, c’est compliqué de dîner à 20 personnes : on ne peut pas bouger, et on ne peut pas se parler. Et la location de salle est souvent surdimensionnée lorsqu’on est entre 20 et 50 personnes. L’Appartelier est une solution intermédiaire : nous proposons de louer un local commercial aménagé en appartement, pour recevoir comme à la maison. L’espace est équipé de matériel de cuisine, de mobilier, de vaisselle. Les chefs et professionnels des métiers de bouche ne sont pas en reste et recherchent L’Appartelier pour y créer des événements en leur nom propre, comme des restaurants éphémères.

Dans quels lieux proposez-vous vos services ?

Nous avons des partenariats avec des ateliers de cuisine comme « Chef Martial » et « Le Foodist », qui nous mettent leurs locaux à disposition. L’Appartelier applique les préceptes de lean start-up, c’est-à-dire que depuis sa création il y a 2 ans, je teste le concept. Nous avons commencé par commercialiser notre produit avec un investissement limité, puis affiné notre offre grâce aux retours de nos clients. Aujourd’hui, nous recevons plus de deux demandes par jour, ce qui me conforte dans l’idée que nous avons un marché. Il est temps pour nous de passer à l’investissement, en achetant notre propre espace pour L’Appartelier.

Pour cela vous avez recours à une campagne de crowdfunding. Pourquoi avoir choisi ce mode de financement ?

C’est très adapté à notre besoin. Pour être plus précis, nous faisons de l’equity crowdfunding (investissement en actions par des particuliers, ndlr), c’est-à-dire que nous ouvrons le capital. Notre objectif est de 200 000 €. En 10 jours, nous en sommes déjà à 66 000 € confirmés, et la campagne va durer 2 mois en tout. Nous avons aussi recours à du financement bancaire, mais comme notre activité est proche des particuliers, le crowdfunding semblait plus adapté.

Qu’est-ce que ce nouveau lieu va apporter à L’Appartelier ?

Ouvrir notre propre lieu va nous permettre d’avoir une plus grande amplitude horaire. Nous allons développer toute une gamme de services tels que des paniers gourmands, des ateliers avec un chef ou un sommelier. A plus long terme, nous aimerions ouvrir d’autres lieux, en région parisienne d’ici 3 ans, et dans d’autres grandes villes de France par la suite.

Vous surfez sur un phénomène de société, le manque d’espace dans les grandes villes lié au prix de l’immobilier. Est-ce que c’est la raison de votre succès ?

Oui, entre autres, je pense. L’Appartelier répond aux besoins des habitants et des entreprises des grandes villes. Il y a aussi un regain envers la cuisine, la convivialité et le fait maison. Toutes nos prestations sont sur-mesure. Nous aimons tous nous retrouver autour d’un bon repas, et c’est encore mieux dans un lieu convivial, comme à la maison.

 

Propos recueillis par Sophie Roy

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *