Interview

Olivier Soussy, co-fondateur de .TelFirst, plateforme d'édition de mini-sites web mobiles.

.TelFirst est une plateforme d'édition de micro sites mobiles à destination des TPE, artisans et commerçants pour leur offrir un première vitrine sur le web avec une fiche signalétique comportant toutes les informations pour les identifier et les joindre.

Olivier Soussy, co-fondateur de .TelFirst, plateforme d'édition de mini-sites web mobiles.

Présentez-nous le concept de votre entreprise .TelFirst :

.TelFirst propose un kit de démarrage sur internet pour les artisans, commerçants et indépendants qui n’ont pas les moyens de créer et d’entretenir un véritable site web trop sophistiqué pour leurs besoins. Nous leur offrons donc la possibilité de créer un mini site web mobile pour seulement 99,00€ HT par an. L’ergonomie du site est paramétrée pour les Smartphones, qui deviennent l’outil de recherche privilégié des internautes mobiles mais peut aussi s’adapter à l’écran d’un ordinateur.

Ce site web recense toutes les données utiles qu’une société ou des professionnels indépendants souhaitent communiquer à leurs clients. En une heure, vous remplissez le formulaire préformaté en ligne, ajoutez les photos et vidéos que vous souhaitez éventuellement joindre à votre fiche signalétique et le tour est joué !

Les sites web que vous proposez se distinguent par une extension exotique : le .tel. Qu’est-ce que c’est ?

Le domaine .tel existe depuis le 24 mars 2009 et permet de stocker, publier, mettre à jour mais surtout d’agréger en ligne toutes vos informations de contacts professionnelles ou personnelles. En un seul et même endroit l’on pourra vous contacter par téléphone, fax, mail, …

C’est donc une « e-carte de visite » ! La particularité du .tel est que toutes les informations seront stockées sur le DNS (Domain Name Sytem) et non pas sur un serveur comme le serait un site web normal.

Ces sites seront-ils aussi bien référencés sur les moteurs de recherche que les classiques .fr et .com ?

Théoriquement, ils devraient être mieux référencés puisque le moteur de recherche que tout le monde utilise (à savoir Google) a besoin d’un seul passage sur les .tel pour identifier le DNS (Domain Name Sytem) qui lui sert de base de référencement pour les sites web, tandis qu’il lui en faut deux pour les extensions classiques. D’après notre expérience, les sites en .tel sont référencés dans la première page de Google au bout de deux semaines en moyenne, ce qui est fort appréciable pour des petits acteurs locaux qui ne disposent pas de moyens pour booster leur référencement naturel.

Quels sont vos objectifs commerciaux pour votre première année d’existence ?

Nous avons l’objectif d’atteindre 10 000 utilisateurs à fin mars 2014, soit un chiffre d’affaires de près d’1 million d’euros. Dans un premier temps, nous tablons sur les outils de communication virale et un système d’affiliation avec des formules de parrainage incitatives (10% de réduction sur l’abonnement de 99€/an pour le parrain et son filleul). Nous mettrons ensuite en place un système de prospection commerciale avec un maillage territorial serré notamment par le biais de VRP multicartes. Notre pari est de miser sur le développement du .tel qui n’a connu qu’un succès très mitigé depuis son lancement en 2009 puisque malgré l’existence de 400 000 .tel notamment détenues par les grandes marques, ces dernières se sont contentées d’acheter leur extension sans en faire l’usage.

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu