Interview

Sébastien Burlet : "Nous sommes des banquiers du digital"

La start-up Lemonway connaît un succès fulgurant depuis le tournant de la nouvelle économie, et l’avènement des sites collaboratifs. Et pour cause, cette petite entreprise propose une solution de paiement mobile… et plus encore ! Sébastien Burlet, membre de la French Tech et la Fintech, nous explique les subtilités de son activité.

Sébastien Burlet :

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste votre activité ?

Lemonway est une solution de paiement pour les particuliers et les entreprises. Nous faisons un métier de régulation, nous sommes une sorte de banquier du digital. Nous avons commencé en proposant une solution de paiement sur mobile, la première en France, mais nous nous sommes rendu compte que ça ne suffisait pas pour pérenniser notre activité. Nous avons donc développé d’autres services financiers, comme la possibilité de proposer des comptes séquestre ; c’est ce qui est utilisé notamment sur les places de marché et les plateformes de crowdfunding. Le prêteur paie en ligne, son argent est séquestré sur ce compte, avant d’être versé à l’emprunteur à la fin de la campagne de crowdfunding. C’est parce que nous avions anticipé ce besoin, au risque que certains investisseurs ne croient pas en nous à l’époque, que nous avons pu prendre le virage de la nouvelle économie. C’est à l’époque Oséo (l’actuelle Banque publique d’investissement (BPI), ndlr) qui nous avait fait confiance.

Quelle est la valeur ajoutée de Lemonway par rapport à un service bancaire classique ?

Plusieurs éléments font notre valeur ajoutée : tout d’abord justement, cette possibilité d’ouvrir des comptes séquestre. Les banques n’ont pas l’agrément pour proposer ce genre de services, contrairement à nous.

Nous sommes à la fois une « usine de paiement » mais nous disposons également d’un support clientèle, disponible tous les jours, y compris les week-ends et jours fériés. Cette amplitude de disponibilités est très appréciée de nos clients. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde où tout doit aller vite, nous sommes dans l’hyperréactivité. Et quand nous n’avons pas une solution immédiatement, ça nous paraît anormal.

Autre point important de différenciation par rapport aux banques : la multitude de moyens de paiement pris en charge par Lemonway. Tout en utilisant nos services, les utilisateurs peuvent payer en carte bancaire, en chèque, par virement, mais aussi via d’autres moyens de paiement très utilisés dans d’autres pays européens comme Multibanco, IDeal. Comme nous avons des clients dans 30 pays d’Europe ainsi qu’en Afrique, nous nous sommes adaptés aux moyens de paiement utilisés dans chaque pays.

Ainsi, Lemonway facilite les échanges commerciaux entre les pays. On européanise les échanges : par exemple, grâce à Lemonway, une entreprise française peut vendre son produit à n’importe quel européen, qui pourra régler en utilisant son moyen de paiement habituel. L’opération est transparente pour le vendeur.

Quels sont vos projets de développement ?

Nous sommes implantés depuis le début de notre aventure en Afrique, mais nous souhaiterions continuer de développer nos activités sur ce continent. Malheureusement, ce sont des pays instables et les banques ne sont souvent pas très fiables. C’est la raison pour laquelle les Africains se tournent vers notre solution. Nous avons plus de 700 000 clients au Mali par exemple. Nos clients ont d’ailleurs trouvé une appellation très adaptée : c’est le « compte nomade ». Maintenant, nous souhaiterions nous lancer dans tous les pays de l’UEMOA (Union économique et monétaire ouest africaine, ndlr). Nous allons également bientôt proposer nos services au Laos. Ce pays présente des contraintes géographiques importantes, avec de nombreux massifs montagneux. Une solution de paiement en ligne pourrait vraiment faciliter les échanges commerciaux dans le pays.

Votre entreprise est en plein essor. Envisagez-vous de recruter ?

Pour réaliser tous nos projets, nous avons lancé 30 recrutements en 2015, toujours en cours aujourd’hui. La difficulté est que nous cherchons des profils pointus, maîtrisant le français, l’anglais et une autre langue. Aujourd’hui nous avons plus de 10 nationalités au sein de Lemonway, pour répondre au mieux à nos clients de tous les pays. Il faut arriver à trouver des compétences très vite, ce qui n’est pas facile. Aujourd’hui le recrutement prend du temps et c’est un frein à notre développement. L’innovation va très vite et elle ne va pas s’arrêter !

Propos recueillis par Sophie Roy

Evaluer ce contenu :

Sébastien Burlet : « Nous sommes des banquiers du digital »
5 (100%) 1 vote

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *