Actu

Crédits bancaires : « Les TPE ne sont pas assez proactives avec leur banquier »

Le rapport trimestriel de l’accès au crédit des entreprises a été présenté le 18 octobre 2017 à la Banque de France. Si l’ensemble des données reste stable, certaines fluctuations sont à remarquer.

Crédits bancaires : « Les TPE ne sont pas assez proactives avec leur banquier »

« Environ 1/3 des TPE ont recours aux crédits bancaires révèle Jacques Fournier, directeur général des statistiques de la Banque de France. Cela représente 250 milliards d’euros à l’année. » Grâce à un partenariat avec la Fédération des Centres de Gestion Agrées (FCGA), 2000 TPE ont répondu à ce sondage présenté le 18 octobre. Un focus a alors été réalisé sur les toutes petites sociétés. Selon le rapport du troisième trimestre, les demandes de nouveaux crédits effectuées par les TPE et PME restent stables mais les types de prêts évoluent différemment.

Obtenir des financements de trésorerie
Passez à l’action :

Obtenir des financements de trésorerie

Les crédits à l’équipement en pleine croissance

Les données réunies de la Banque de France et de la FCGA prouvent que l’obtention de crédits de trésorerie par les TPE connaît une légère baisse avec 67 % des sociétés demandeuses qui les ont obtenus partiellement ou en totalité. Une situation qui est à l’opposé du crédit d’investissement qui augmente de 3 % par rapport au trimestre dernier. Autre type de prêt qui se porte très bien : celui des crédits à l’équipement. 84 % de ces demandes de prêt sont satisfaites en totalité ou partiellement. Une situation qui prouve que « la contraction d’un crédit d’équipement a d’autres motivations que l’amortissement fiscal puisque la mesure n’est plus effective depuis avril » déduit Jacques Fournier.

Un déséquilibre financier parmi les TPE

Le rapport pointe aussi le doigt sur un déséquilibre entre PME et TPE : les très petites sociétés ont globalement moins accès aux crédits que les PME. Le directeur le justifie par une répartition inégale des situations financières des TPE. « 1/3 d’entre elles sont en bonne santé et 1/3 ont des gros problèmes de fonds propres, ce qui rend l’entre deux assez réduit et impacte l’accès au crédit. » Le président de la FCGA, Yves Marmont, penche, pour sa part, pour une autre justification.  Le comportement des dirigeants de TPE n’est généralement « pas assez proactif dans la relation avec son banquier. Contrairement aux PME, il y a un vrai frein des chefs d’entreprise qui ne consultent leurs banquiers que lorsqu’ils ont des soucis. Or, il ne faut pas attendre d’être endetté pour le contacter, il faut créer un climat d’échanges au préalable. »

 

Melissa Carles

 

Laisser un commentaire

Suivant