Actu

Export : la croissance est deux fois plus importante pour les PME qui s'internationalisent

Toutes les PME et TPE ne sont pas appelées à se lancer dans l’export, mais pour celles qui le peuvent et l’osent, l’accélération de croissance produite par l’international devient une donnée objective. De plus, opérateurs publics et acteurs du privé travaillent pour les aider à gagner leur pari.

Export : la croissance est deux fois plus importante pour les PME qui s'internationalisent

« La croissance est deux fois plus importante pour les entreprises qui s’internationalisent. Dans tous les secteurs d’activité, c’est un vecteur de croissance supplémentaire », indique le 21 septembre Pierre Gattaz, président du Medef en introduction des « matinales de la mondialisation » sur le thème : « Booster sa croissance : quels réseaux d’appui pour mes projets à l’international ? ». « Leur rentabilité est supérieure à celles qui ne s’internationalisent pas », martèle-t-il. Il prend l’exemple de sa propre entreprise, Radiall : pour 2,5 emplois créés à l’étranger, le patron des patrons en a créé 1 en France. Pourtant, la France ne compte que 120 000 entreprises exportatrices, contre 240 000 en Italie et 350 000 en Allemagne. « Il y a urgence, le monde attend la France », plaide-t-il. A condition toutefois de « voler en escadrille », car tout est réuni pour que les entreprises, même les plus petites, puissent activer les réseaux public et privé.

Business France, La Poste et Alibaba pour booster le e-commerce en Chine

« C’est l’international qui fait vivre la marque en France », témoigne Anne Delleur, présidente de l’institut Caméane/Arcancil Paris, 35 emplois en France et 8 millions de chiffre d’affaires (CA) ciblés pour 2016. La marque a commencé à être distribuée en Algérie, puis s’est développée au Moyen-Orient, possède 600 points de vente en Iran… et a, depuis, trouvé sa place en France. Prochain objectif : la Chine, dont la pénétration du marché est très difficile pour les entreprises françaises qui y vont seules. « Nous avions des distributeurs depuis 3 ans mais un CA de zéro. La rencontre en mai dernier avec Business France permet à la marque d’être présente sur le site Alibaba ». La Poste est également partenaire de ce développement par le e-commerce. « Le lancement officiel aura lieu le 1er octobre, mais nous comptabilisons déjà une centaine de commandes », se réjouit-elle.

Pour réussir l’export : faire jouer tous les réseaux

Les réseaux du public et du privé offrent des avantages que les postulants à l’export doivent exploiter pour trouver une solution sur-mesure. BPI France  est incontournable. Mais il existe bien d’autres solutions.   « Nous avons 115 chambres dans 85 pays, 32 000 entreprises adhérentes et les membres des CCI sont à 50 % Français. L’appui aux PME se fait avec Business France », confie Arnaud Vaissié, PDG d’International SOS et président de l’Union des Chambres de Commerce et d’Industrie Françaises à l’étranger. « Une fois le point d’entrée identifié, nous aidons sur l’ensemble du process, pour que le parcours soit le plus simple possible », poursuit-il.  Faire du business à l’étranger, « ce n’est pas seulement parler une langue, c’est savoir comment dans le pays on fait des affaires », affirme Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France et ambassadrice déléguée aux investissements internationaux. « Pensez aux sociétés de négoce », indique pour sa part Etienne Vauchez, président d’Opérateurs Spécialisés du Commerce Internationale (OSCI). « C’est ensemble qu’on peut bâtir des offres communes, c’est ensemble qu’on va apprendre quel est l’élément décisif pour mieux placer son produit ; pensez aux ambassades », résume Agnès Romanet-Espagne, directrice des entreprises, de l’économie internationale et de la promotion du tourisme au Ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Sans oublier le réseau privé : par exemple,  InVivo  est un groupe coopératif agricole présent dans 30 pays, rassemble 8 400 collaborateurs, 216 coopératives pour un CA de 5,7 milliards d’euros. « L’une de nos missions est l’accompagnement des PME notamment par des parrainages », souligne enfin Pascal Nadobny, PDG d’Addev et vice-président des conseillers du commerce extérieur de la France (1). « Notre réseau est formidable et les PME trouveront toujours quelqu’un qui sera proche de leur secteur », conclut-il.

 

  1. 4000 chefs d’entreprise et experts de l’international, choisis pour leur compétence et leur expérience, aux côtés de l’équipe de France de l’export et au service du développement de la présence économique française dans le monde. Ils sont présents dans les régions françaises et dans plus de 140 pays à l’étranger.

Evaluer ce contenu :

Export : la croissance est deux fois plus importante pour les PME qui s’internationalisent
5 (100%) 1 vote

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *