Actu

Frais sur les transactions CB : les professionnels dénoncent les pratiques bancaires

La dernière enquête du Syndicat des indépendants (SDI) pointe le manque de transparence des acteurs bancaires concernant les commissions et frais prélevés par ces derniers sur les transactions carte bancaire.

Frais sur les transactions CB : les professionnels dénoncent les pratiques bancaires

Sentiment d’opacité et d’injustice, sont les deux ressentis principaux exprimés par les artisans et commerçants interrogés par le Syndicat des indépendants (SDI) au sujet des commissions prélevées par les banques sur les transactions carte bancaire (CB).

Selon cette dernière enquête*, les commissions CB pèsent lourds pour ces chefs d’entreprises.  Entre 0,5 % et 1 % de leur chiffre d’affaires pour les trois quarts d’entre eux, auxquels s’ajoutent un ensemble de frais allant de la location du terminal de paiement au communications téléphoniques du terminal, en passant par la contribution financière pour ceux qui proposent des paiements à crédit.
Résultat : plus de 40 % préfèrent limiter leurs frais en refusant la CB en dessous d’un minimum d’achats (généralement de 15 euros), alors que près de la moitié d’entre eux se disent conscients que cette pratique pénalise leur chiffre d’affaires.

L’étude pointe le manque de transparence des acteurs bancaires sur le sujet : le banquier n’expliquant pas la manière dont le montant de la commission est fixé (certains se montrant d’ailleurs incapables de répondre à leurs clients à ce sujet…), les chefs d’entreprises en sont réduits à faire leur propre analyse : variation en fonction du chiffre d’affaires pour certains, du secteur d’activité pour d’autres, voire de la tête du client pour 28 % !

Pour les artisans et commerçants interrogés par le SDI, la solution passe par une meilleure transparence bancaire, avec d’une part la publication du taux moyen pratiqué qui leur permettrait de faire jouer la concurrence et, d’autre part, la fourniture d’un état récapitulatif des frais prélevés. En revanche, seuls 20 % envisagent une intervention de l’Etat, avec la fixation d’un taux plafond de commission ou d’un coût progressif de commission.

Nelly Lambert
Rédaction de NetPME
redaction@netpme.fr

* enquête réalisée du 4 au 15 avril 2011 auprès de 500 chefs d’entreprises

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *