Actu

Les profils financiers en entreprise restent difficiles à recruter

Selon une enquête de Robert Half, près de 80 % des directeurs et responsables administratifs et financiers interrogés rencontrent des difficultés pour recruter des professionnels de la finance qualifiés. Les métiers les plus pénuriques sont la gestion des risques, le contrôle de gestion opérationnel et la direction financière.

Les profils financiers en entreprise restent difficiles à recruter

Recherche financiers compétents désespérément. 77% des directeurs et responsables administratifs et financiers en entreprise sont confrontés à cette problématique, d’après un sondage réalisé en décembre dernier auprès de 201 professionnels et publié mardi par Robert Half . Ils sont un peu moins nombreux que lors du précédent baromètre de juin 2013 (86%) mais une proportion plus importante déclare qu’il est « très difficile » de trouver la perle rare sur le marché actuel (21% contre 16% en juin).

L’allongement du processus de recrutement laisse échapper les meilleurs candidats

L’une des explications tient au degré d’exigence élevé des entreprises, ce qui rallonge le processus de recrutement. Avec le « risque de perdre les meilleurs candidats qui trouvent, en général, très rapidement un poste », souligne Robert Half. « Le marché est toujours aussi tendu. Les ‘bons’ candidats sont très sollicités et donc disponibles sur le marché pendant de très courtes périodes ».

Gestion des risques et contrôle de gestion opérationnel en ligne de mire

Parmi les métiers les plus pénuriques, on retrouve la gestion des risques (à 27%), la direction financière et le contrôle de gestion opérationnel/business analysis (26%), selon l’enquête. « Les contrôleurs de gestion restent des profils toujours aussi recherchés pour leur capacité à piloter la performance de l’activité et à identifier et mettre en œuvre des actions de réduction de coûts », analyse Bruno Fadda, associate director.
Plus globalement, les profils expérimentés sont très prisés par les entreprises. Que ce soit des responsables comptables « ayant une expérience d’une dizaine d’années en ETI, doté d’un profil relativement polyvalent et international pour lesquels le marché de l’emploi reste toujours très actif ». Ou encore de jeunes diplômés ayant travaillé en cabinet d’expertise comptable, selon Robert Half. Les compétences linguistiques sont également de plus en plus demandées et ce quel que soit le niveau de poste (y compris pour les aides comptables), relève le communiqué. Marina Baillon de Robert Walters constatait aussi la recherche par les entreprises de responsables administratifs et financiers, directeurs et responsables comptables, qui sachent manager une équipe, ainsi que l’utilité d’avoir une expérience dans la mise en place de systèmes d’information.

 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *