Actu

Plan seniors : le ministre du travail dévoile ses premières pistes

Le ministre du travail, François Rebsamen, a présenté hier l'esquisse du nouveau "plan seniors". L'idée n'est pas de mettre sur pied de nouveaux dispositifs mais d'utiliser le plus efficacement possible les outils déjà existants à destination des seniors.

Plan seniors : le ministre du travail dévoile ses premières pistes

Que les DRH se rassurent, il n’y aura pas de nouvelles mesures ! Le plan seniors dévoilé hier par le ministre du travail, François Rebsamen, vise à utiliser au mieux les dispositifs existants en faveur des salariés et demandeurs d’emploi seniors. Et les partenaires sociaux, réunis le jour même sur le sujet, sont sur la même ligne. « Ils ne veulent pas de nouvelles mesures gadget qu’on met en place puis qu’on retire. Ils veulent avant tout une adaptation des moyens existants », a ainsi confié hier à la presse le ministre du travail. Il écarte également pour l’heure le retour à des mesures coercitives. « Je crois plus au dialogue », a-t-il ainsi expliqué.

Mieux adapter le contrat de pro, le CIE et le contrat de génération aux seniors

« 50, 55 ans, cela ne peut pas être le début de la fin ». Fort de cette conviction, François Rebsamen entend remettre les seniors au travail. S’agissant de ceux qui sont les plus éloignés de l’emploi, plusieurs pistes sont à l’étude, toutes ayant pour point commun de renouer le lien entre les seniors et l’entreprise.
Le ministre suggère ainsi de renforcer le contrat de professionnalisation ouvert aux seniors. Dénommé « contrat de professionnalisation Nouvelle carrière », ses modalités en seraient améliorées. La rémunération et la formation seraient adaptées au public senior.
Il souhaite ensuite orienter davantage le contrat initiative-emploi (CIE) sur le public senior et les demandeurs d’emploi de longue durée. Il préconise ainsi de recentrer une partie des 25 000 CIE d’ores et déjà programmés pour le second semestre 2014 sur cette cible.
Une autre piste est de permettre à davantage de seniors de bénéficier de périodes d’immersion au sein des entreprises. Ce dispositif que l’on appelle aussi « mise en situation professionnelle », permet à un bénéficiaire engagé dans un parcours d’insertion sociale ou professionnelle, de se confronter à des situations réelles de travail. La loi du 5 mars 2014 sur la formation professionnelle a rénové le dispositif (lire notre article) soit renforcée. Sur les 100 000 visées, 45 000 ont été réalisées à mi-juin. Rappelons que ces formations visent à permettre d’occuper des postes non pourvus.
S’il n’y a pas de mesures nouvelles à proprement parler, le ministre n’exclut toutefois pas certaines expérimentations comme celle, plutôt innovante, visant à permettre le remplacement d’un salarié qui part en formation par un demandeur d’emploi.
Enfin, le ministre du travail pourrait bien reprendre à son compte la suggestion du rapport de Gérard Mestrallet qui lui a été remis en avril dernier, à savoir permettre la réalisation de périodes de formation par des demandeurs d’emploi de longue durée dans les organismes de formation d’entreprise.

Des pistes actées lors de la conférence sociale

Toutes ces pistes de travail doivent maintenant être confirmées lors de la prochaine conférence sociale des 7 et 8 juillet prochains. Le ministre l’assure : « les partenaires sociaux partagent ces orientations ». L’objectif est de dégager à l’issue de la conférence sociale un plan « pour la nouvelle carrière des seniors » qui sera mis en oeuvre le plus rapidement possible, assure-t-on au ministère du travail.

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *