Actu

Les PME s’opposent à la création du "chèque transport"

Face à la pression syndicale, le gouvernement créerait un "chèque transport" pour aider les salariés lors de leurs déplacements domicile-travail. Cette aide de 30 euros par mois pourrait être en partie financée par les entreprises.

La mesure devrait être annoncée le 31 août 2006 par le Premier ministre.

Promis en octobre 2005 par le Premier ministre à la suite de manifestations sur l’emploi et le pouvoir d’achat, le versement d’une indemnité de transport refait surface sous la pression des syndicats. Dominique de Villepin s’était en effet engagé à créer un ticket transport pour aider les salariés à assumer leurs frais de déplacement entre domicile et lieu de travail.

Thierry Breton, ministre de l’Economie et des Finances, vient de confirmer sur France 2 que le gouvernement allait mettre en place « une facilité qui permettrait d’accompagner nos compatriotes qui utilisent beaucoup les transports pour se rendre à leur lieu de travail et alléger un peu leur facture ».
D’après la presse, les salariés devraient bénéficier d’une aide de 30 euros par mois pour contribuer à l’achat de carburant ou de titres de transports. Ce dernier point ne concernerait pas les Franciliens qui voient déjà en moyenne 50% de leur carte Orange remboursée.

Plusieurs options sont étudies par Matignon, comme la création d’un chèque transport abondé par l’entreprise sur la base du volontariat ou l’extension du « versement transport » aux entreprises de moins de 9 salariés. Pour inciter les entreprises à mettre en place cette « prime transport », le gouvernement pourrait prévoir un allègement fiscal.

Pour le député UMP de la Drôme, Hervé Mariton, la mesure s’inscrit « dans la perspective de l’amélioration du pouvoir d’achat des Français ». Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force Ouvrière, s’est dit « satisfait » de voir sa proposition « bientôt reprise, à condition qu’elle concerne aussi les salariés des PME ».

La Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME) a vivement réagi. L’organisation patronale considère que « si l’Etat veut compenser la flambée du prix du pétrole, il doit en assumer la charge ». La CGPME dénonce dans un communiqué « toute mesure s’apparentant à une augmentation des charges pour les PME ». Elle souligne enfin que l’augmentation des coûts des petites entreprises ne leur laisserait « d’autre choix que de relever leurs prix, au détriment du pouvoir d’achat que le chèque transport est justement censé défendre ».

Même opposition du Mouvement des entreprises de France, le Medef attirant « l’attention sur le danger et l’injustice économique que représenterait la création d’une prime ou d’un chèque transport ». L’organisation patronale « craint que cette charge nouvelle n’affaiblisse les TPE et PME françaises », déjà touchées par l’augmentation du coût des carburants.

La mesure devrait être annoncée par le Premier ministre le 31 août prochain lors de sa conférence de presse mensuelle, à Troyes. Le dispositif pourrait figurer dans le projet de loi de finances 2007 présenté en septembre prochain et entrer en application dès le 1er janvier prochain.

Source : Rédaction de NetPME
Contact :
redaction@netpme.fr

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *