Actu

Projet de loi Macron : quels impacts pour les entreprises?

Le projet de loi pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques, tel qu'adopté par l'Assemblée nationale, contient des mesures comptables, fiscales, en droit des sociétés, ou encore en matière de financement. Tour d'horizon en attendant l'examen au Sénat.

Projet de loi Macron : quels impacts pour les entreprises?

Les micro-entreprises sans activité bénéficieront-elles bientôt d’obligations comptables allégées ? Les entrepreneurs individuels seront-ils garantis d’office contre la saisie de leur résidence principale ? Les données du registre du commerce et des sociétés seront-elles accessibles gratuitement ? Les crédits entre entreprises seront-ils étendus ?… Le projet de loi pour la croissance, l’activité et les chances économiques recèle plusieurs dispositions qui auront un impact sur la vie des entreprises (voir le détail dans le tableau ci-dessous). Mais le texte est loin d’avoir dit son dernier mot et pourrait subir de nouvelles modifications lors de son passage au Sénat.
A ce stade, certaines mesures interpellent comme le droit pour les petites sociétés de ne pas publier de compte de résultat, qui souffre de nombreuses exceptions et entraîne ainsi une asymétrie dans l’information financière.

Des changements dans tous les domaines

 

Mesure Détail Mise en oeuvre Article
Dispense pour les petites sociétés de publier leur compte de résultat – Possibilité de rendre confidentiel le compte de résultat mais toujours obligation de déposer l’ensemble des comptes annuels au greffe du tribunal de commerce
– Sont concernées les entreprises qui ne dépassent pas deux des trois seuils suivants : chiffre d’affaires de 8 millions d’euros (ou 12 millions si l’Etat membre le souhaite), bilan de 4 millions d’euros (ou 6 millions d’euros) et 50 salariés
– Maintien de l’accès au compte de résultat pour les personnes morales qui financent ou investissent dans ces entreprises, ou fournissent des prestations
Application directe aux comptes déposés un an après la publication de la loi 58 quater
Allègement des obligations comptables des micro-entreprises en cessation totale et temporaire d’activité – Dispense pour les commerçants personnes physiques d’établir un bilan et un compte de résultat si elles n’emploient aucun salarié et ont demandé au registre du commerce et des sociétés (RCS) une inscription modificative de mise en sommeil
– Possibilité pour les commerçants personnes morales d’établir un bilan et un compte de résultat abrégés (dans les mêmes conditions que PP)
Dérogations pendant deux ans
Application directe (modalités à fixer par décrets) 55
Allègement de l’obligation d’établir un rapport sur les délais de paiement – Obligation pour les sociétés dont les comptes annuels sont certifiés par un commissaire aux comptes (Cac) de communiquer des informations sur les délais de paiement, sans avoir à les publier dans le rapport de gestion ou un document spécifique
– Maintien de l’attestation du Cac sur ces informations
Application directe 55 bis
Protection de droit de la résidence principale des entrepreneurs individuels – Insaisissabilité d’office de la résidence principale (ou de la partie non utilisée pour un usage professionnel) par les créanciers professionnels
– Maintien d’une déclaration d’insaisissabilité pour les autres biens fonciers non affectés à un usage professionnel
Application directe – effet à l’égard des créanciers dont les droits naissent après la publication de la loi 55 ter
Assouplissement des modalités de déplacement du siège social d’une SARL Autorisation pour le gérant de déplacer le siège social sur l’ensemble du territoire français (et non plus seulement dans le même département ou à proximité) Application directe 58 bis
Obligation pour certaines sociétés anonymes cotées d’informer sur la diversité de la composition des conseils d’administration et de surveillance Obligation d’inclure dans le rapport du président des informations relatives notamment à la variété des profils professionnels des administrateurs et des membres du conseil de surveillance Application directe à compter du 1er janvier 2016 (seuils d’application à fixer par décret) 58 ter
Diffusion gratuite des données du RCS Mission confiée à l’INPI après transmission par le greffier du tribunal de commerce des inscriptions effectuées au greffe, des actes et pièces déposées, ainsi que des résultats des retraitements des informations contenues dans ces documents Application directe (modalités à fixer par décret) 19
Développement de la facturation électronique entre les entreprises Faciliter l’acceptation des factures transmises par voie électronique, de façon progressive pour tenir compte de la taille des entreprises concernées Habilitation à prendre une ordonnance 61 bis
Extension des crédits inter-entreprises – Possibilité pour les entreprises de consentir des prêts à moins de deux ans à des sociétés partenaires avec lesquelles elles entretiennent des liens économiques le justifiant
– Possibilité de pratiquer des opérations de crédit (sous forme de contrat de partenariat) avec d’autres entreprises, y compris lorsqu’il n’y a pas de liens de capital
Application directe 40 bis A
Développement du financement par les bons de caisse Encadrement des bons de caisse et autorisation de leur intermédiation (ainsi que le développement de l’intermédiation des titres de créances) dans le cadre du financement participatif Habilitation à prendre une ordonnance dans les 9 mois après la promulgation de la loi 40 bis B
Aménagement du dispositif d’attribution d’actions gratuites – Soumission du gain d’acquisition (avantage initial résultant de l’attribution d’actions) au régime fiscal des plus-values mobilières (au lieu du régime des revenus de capitaux mobiliers)
– Soumission du gain d’acquisition à la CSG pesant sur les revenus du patrimoine (et non plus revenus d’activité)
– Assouplissement des conditions d’attribution des actions
Application directe aux attributions autorisées par une décision de l’assemblée générale extraordinaire postérieure à la publication de la loi 34
Aménagement des bons de souscription de parts de créateurs d’entreprises (BSPCE) Assouplissement des conditions d’attribution des bons Application directe aux bons attribués à compter de la publication de la loi 35
Assouplissement des conditions d’application des réductions ISF-PME ou Madelin – Réduction de dix ans à sept ans du délai pendant lequel les apports à la PME ne doivent pas faire l’objet d’un remboursement
– Allègement en cas de cession forcée
Application directe 35 bis et 35 ter A
Maintien du régime fiscal dérogatoire des impatriés Conservation de l’exonération d’impôt lorsque ces contribuables changent de fonctions au sein de l’entreprise ou du même groupe Application directe aux changements de fonctions à compter de la publication de la loi 86
Réflexion sur l’impact de la TVA sur le e-commerce Remise au Parlement d’un rapport du gouvernement sur les conséquences pour l’e-commerce des nouvelles modalités de calcul de la TVA Application directe – remise avant le 30 septembre 2015 35 bis B
Exonérations de taxe sur les bureaux et de redevance pour création de bureaux en région parisienne Sont visés les locaux à usage de bureaux ou de commerces, flexibles et ouverts à une multiplicité d’utilisateurs, proposant des services communs et favorisant le travail collaboratif, dans un but de soutien à l’emploi au travers de la création d’entreprises et d’activités économiques Application directe 35 bis A

 

 

Evaluer ce contenu :

Projet de loi Macron : quels impacts pour les entreprises?
5 (100%) 3 votes

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *