Actu

Santé au travail : c'est bon pour le moral

Selon une étude réalisée par Viavoice pour Harmonie mutuelle, les dispositifs santé mis en place par les entreprises ont des répercussions immédiates sur l'ambiance de travail, l'attractivité et la productivité.

Santé au travail : c'est bon pour le moral

Les dispositifs concernant la santé qui sont mis en place par l’entreprise sont peu ou mal connus des salariés, qu’il s’agisse des actions du CHSCT ou du rôle de la médecine du travail, des équipements de protection individuels contre le bruit ou produits dangereux, ou encore de la complémentaire santé souscrite par l’entreprise. Si 49% des salariés interrogés s’estiment « bien informés », 47% considèrent être « mal informés », selon une étude de l’Observatoire Entreprise et santé, réalisé par Viavoice pour Harmonie Mutuelle auprès de 1 003 salariés et 259 dirigeants du privé.

Un impact humain fort

Or, l’enjeu est important : ces actions ont des répercussions immédiates sur le climat interne. Ainsi, 70% des salariés et 78% des dirigeants du privé jugent que les actions de santé en entreprise ont un impact important sur le climat de confiance. La plupart d’entre eux (68% des salariés et 76% des dirigeants) estiment, par ailleurs, qu’elles sont positives pour l’ambiance de travail ainsi que pour la productivité et l’attractivité. D’où de fortes attentes concernant l’accès à la complémentaire santé, dispositif qui deviendra obligatoire en 2016 pour l’ensemble des salariés.

Points de vigilance

Toutefois, plusieurs points de vigilance sont à prendre en compte. Priorité devrait être donnée à la prévention des risques psychosociaux, notamment dans les sociétés de plus grande taille. Ainsi, alors que les salariés des grandes entreprises se sentent davantage pris en charge en matière de santé, ils signalent certains problèmes de manière plus fréquente, notamment le stress au travail (42% des salariés des grandes entreprises contre 26% seulement dans celles de moins de 50 salariés) ou la pression managériale (34% des salariés des grandes entreprises contre 19% dans les sociétés de moins de 50 salariés). Les TPE-PME semblent compenser la difficulté à mettre en place des structures dédiées par une meilleure écoute et une meilleure attention au quotidien.

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *