Actu

Le taux d’activité des seniors progresse de manière continue

Bonne nouvelle pour l'emploi des seniors : une récente étude de la Dares montre que la France suit la bonne direction, même si elle reste le mauvais élève de la zone euro...

Le taux d’activité des seniors progresse de manière continue

En plein débat sur les retraites, une étude de la Dares, publiée en juin dernier, bouscule quelques idées reçues en révélant que le taux d’activité des seniors a progressé de manière continue depuis 2001. Même si la France reste le mauvais élève de la zone euro avec un taux d’activité des 55-64 de 41,5 % en 2009, soit 8 points de moins que ses voisins européens, l’étude souligne que la part des seniors dans la population active a fortement augmenté, passant de 16 % en 1995 à 24 % en 2009. En 2009, 56,9 % des personnes âgées de 50 à 64 ans étaient présentes sur le marché du travail.

Progression du taux d’activité des seniors

Le taux d’activité dit « sous jacent », c’est-à-dire corrigé des effets de structure démographique, des 50-64 ans s’est établit à 55,7 % au 4e trimestre 2009, enregistrant ainsi une progression de 0,8 point par an en moyenne depuis 2001. Avec le vieillissement des générations nombreuses de l’après seconde guerre mondiale et la progression du taux d’activité des seniors, la part des seniors dans la population active a considérablement augmenté passant de 16 % en 1995 à 24 % en 2009.

Même si le taux d’activité a augmenté à tous les âges entre 50 et 64 ans entre 2003 et 2009, l’activité des seniors reste très variable selon l’âge, décroissant rapidement après 54 ans, âge auquel neuf hommes sur dix et trois femmes sur quatre sont actifs en 2009. A 59 ans, plus d’un senior sur deux s’est retiré du marché du travail, alors qu’ils n’ont, pour la plupart, pas encore atteint l’âge légal de départ à la retraite. A 60 ans, ils ne sont plus que trois sur dix à être actifs, puis moins de deux sur dix à 62 ans.

La progression du taux d’activité concerne toutes les professions. Elle est un peu plus marquée dans le privé que dans le public. Assez traditionnellement, les travailleurs indépendants se maintiennent plus longtemps sur le marché du travail, les trois quarts étant encore actifs entre 55 et 59 ans et quatre sur dix entre 60 et 64 ans. Parmi les salariés, les cadres ou professions intellectuelles supérieures sont également nombreux à être présents sur le marché du travail entre 55 et 59 ans : huit sur dix sont actifs en 2009, qu’ils travaillent dans la fonction publique, dans le secteur privé ou dans une entreprise publique.

Forte baisse des préretraites

Les entrées dans les dispositifs de départs anticipés ont fortement reculé au cours de l’année 2009 en raison du resserrement de leurs conditions d’accès. Elles se sont élevées à 116.000 sur l’ensemble de l’année, après 220.000 en 2008 et 280.000 en moyenne par an de 2005 à 2007. Les départs anticipés à la retraite pour carrière longue ont été divisés par trois en l’espace d’un an. Les entrées en dispense de recherche d’emploi se sont quant à elles réduites d’un tiers entre 2008 et 2009 et de moitié par rapport à 2007. Quant aux préretraites totales à financement public, elles ne représentent que 7 000 entrées en 2009, soit 1 000 de moins qu’en 2008. Globalement, pour l’ensemble des mesures de retrait d’activité à financements publics, la baisse du nombre de bénéficiaires a atteint 17 % en l’espace d’une seule année.

Progression du taux de chômage des seniors

L’étude de la Dares révèle que le taux de chômage des seniors a augmenté plus fortement en 2009 qu’au cours des crises économiques précédentes. Si généralement les seniors sont moins exposés au chômage que les plus jeunes en raison notamment des dispositifs de départs anticipés d’activité, tel n’est pas le cas de l’année 2009. Du 4e trimestre 2008 au 4e trimestre 2009, le taux de chômage des 50-64 ans s’est, en effet, accru rapidement : + 1,7 point en un an, contre +1,8 point pour l’ensemble des actifs. Fin 2009, le taux de chômage des 50-64 ans s’élève à 6,7% contre 5 % fin 2008, soit une hausse d’un tiers.
L’étude souligne également que si les seniors sont relativement peu nombreux à être au chômage, ceux qui y sont peinent à en sortir. Les trois quarts des 50-64 ans au chômage en 2008 déclarent toujours y être un an après.

Source : Dares, Analyse n° 39, juin 2010

Nathalie Lepetz
Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *