Actu

Tourisme : bilan positif après la saison estivale

Le 29 août 2022 à Bercy, Olivia Grégoire, ministre chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme, a souligné la bonne santé du secteur du tourisme pour la période estivale 2022. Les acteurs ont enregistré de bonnes performances, avec notamment un retour à des chiffres de réservations et de fréquentation équivalents à ceux de 2019 pour le secteur HCR après une période difficile due à la crise sanitaire.

Tourisme : bilan positif après la saison estivale
L'arrière-saison enregistre des niveaux de réservations supérieurs à ceux de l'an passé, notamment en Île-de-France. © Getty Images

Un bon cru. La saison touristique 2022 a retrouvé de bonnes couleurs pendant la période estivale. « Nous pouvons annoncer que cette année 2022 a été une année exceptionnelle, et elle n’est pas terminée », s’est réjouit en préambule Olivia Grégoire. La ministre chargée des PME, du Commerce, de l’Artisanat et du Tourisme s’est félicitée des bons résultats du secteur après deux mois de période estivale, arguant que les acteurs du tourisme ont été « particulièrement performants durant cet été 2022 ».

Dans le détail, 35 millions de Français sont partis en vacances cette année, soit 7 sur 10, contre 6 sur 10 l’an passé. « Les clientèles européennes, mais aussi américaines sont revenues en force, elles ont consommé et elles sont venues visiter l’ensemble du pays, et notamment Paris »; a précisé la ministre. « La destination France a maintenu son attractivité et son rôle de valeur refuge dans un contexte catastrophique », a renchérit le président d’Atout France Christian Mantei.

CDD contrat de travail saisonnier à terme précis
Passez à l’action :

CDD contrat de travail saisonnier à terme précis

Selon l’Insee, « le climat des affaires dans l’hébergement et la restauration est à un niveau historiquement élevé, démontrant la poursuite du rebond de l’activité et un niveau global de fréquentation qui est revenu au niveau de 2019 ». Sachant que 2019 était déjà qualifiée d’« année record ». Le niveau global des réservations et de la fréquentation est quasiment équivalent à celui de 2019 pour le secteur de l’hôtellerie-restauration.

Activité en hausse

L’activité cet été aurait été « extrêmement dynamique dans la restauration » selon l’enquête de conjoncture de l’Insee dans les services sur août 2022. De manière plus générale, « les entreprises demeurent bien plus nombreuses qu’habituellement à déclarer une activité en hausse sur les trois derniers mois (juin-août), par rapport aux trois mois précédents », a ajouté Olivia Grégoire.

Les hôtels ont bénéficié d’une augmentation significative des prix cet été, avec 22 % de recette moyenne par chambre par rapport à l’été 2019. Une recette moyenne qui est particulièrement notable en Île-de-France et Paca (supérieure à + 30 %), tirée par la clientèle américaine et du Golfe, a complété Christian Mantei. Concernant l’hôtellerie de plein air, les campings, les volumes de nuitées sur les deux premiers tiers de la saison estivale jusqu’à la mi-août ont progressé de 6 % en net par rapport à 2021, avec en trio de tête en termes de clientèle étrangère les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne.

La SNCF, de son côté, a connu une fréquentation record, avec 23 millions de billets vendus pour juillet et août, soit une progression de 10 % par rapport à 2019. « Face à l’afflux des réservations, elle a même dû augmenter son offre de trains disponibles », a ajouté Olivia Grégoire. Les dépenses des touristes ont elles aussi retrouvé des couleurs puis dépassé leur niveau de 2019 dans la plupart des secteurs liés aux loisirs au cours de l’année 2022.

Lire aussi Heures supplémentaires : déduction forfaitaire de cotisations patronales étendue aux entreprises de 20 à 250 salariés

Signaux positifs pour l’arrière-saison

Des résultats d’autant plus « marquants » au vu d’un contexte plus que morose avec de l’inflation, des épisodes climatiques difficiles et de vives tensions sur le marché du travail. À ce sujet, la ministre a enjoint le secteur à se réinventer « pour qu’il puisse continuer à attirer notre jeunesse et à pourvoir des emplois de qualité ».

Enfin, « les signaux concernant l’arrière-saison sont très encourageants ». Celle-ci enregistre ainsi des niveaux de réservations supérieurs à ceux de l’an passé, notamment en Île-de-France. Les taux de réservation dans l’hôtellerie pour la rentrée sont en avance par rapport à leur niveau à la même époque en 2021 de près de 10 points.

Quant aux prévisions d’activité dans l’hébergement et la restauration sur les trois prochains mois, elles sont supérieures d’un point par rapport à la même période sur les dernières années.

Lire aussi Crise du recrutement : les restaurateurs tirent la sonnette d’alarme

Locomotive de l’économie française

Qualifiant le secteur de « force vive », la ministre déléguée a rappelé qu’il était « une locomotive essentielle de l’économie française ». « Nous sommes le pays du tourisme », a rappelé François de Canson, vice-président en charge du développement économique, de l’attractivité, du tourisme de la région Sud. En termes de chiffres, le secteur représente plus de 8 % du PIB et génère deux millions d’emplois directs et indirects. D’où les aides massives déployées par l’État pendant la crise sanitaire par le biais du fonds de solidarité, des PGE ou du chômage partiel, soit quelque « 38 Md€ d’aide publique mise en place pour accompagner les acteurs du tourisme ».

Néanmoins, la ministre déléguée a souligné les nombreux défis à relever pour le secteur. Au-delà des performances et de la préparation de la Coupe du monde de rugby en 2023 et des Jeux Olympiques et Paralympiques en 2024, le secteur doit mettre en place des mesures de sobriété énergétique et s’adapter « aux évolutions sociétales, aux nouveaux types de demandes, notamment les demandes de notre jeunesse, mais aussi au changement des habitudes de vacances, sans oublier les changements environnementaux […] et la transformation vers un tourisme plus durable mais aussi plus social », a détaillé Olivia Grégoire.

L’objectif est de taille : conforter la France comme première destination touristique mondiale et faire de l’Hexagone la première destination pour le tourisme durable d’ici 2030, notamment grâce au Plan destination France annoncé en novembre 2021 par Jean-Baptiste Lemoyne. Pour rappel, ce sont deux milliards d’euros qui sont mobilisés sur trois ans.

Lire aussi Olivia Grégoire prend les rênes du portefeuille des PME

Charlotte de Saintignon

Laisser un commentaire

Suivant