fiche

Le marketing gustatif

Avec le goût, les professionnels du marketing ne peuvent pas tricher : si le consommateur n’apprécie pas le produit, il ne le rachètera pas. Toutefois, des techniques issues du marketing gustatif peuvent être utilisées à des fins commerciales dans divers domaines.

Au sein du marketing sensoriel, on trouve notamment le marketing gustatif.

Dans les grandes surfaces, le marketing gustatif est une pratique assez courante : les petits producteurs tout comme les industries agroalimentaires les plus connues viennent proposer aux consommateurs leurs produits, et plus spécifiquement leurs nouveautés. Cette pratique est généralement appréciée des consommateurs et se révèle être génératrice de ventes. Les clients, séduits sur le moment par des produits, n’hésitent alors pas à les acheter. On peut goûter de tout : du jus de fruit à la charcuterie en passant par le fromage. En grande surface, les dégustations sont la plupart du temps appréciées des clients. Le marketing gustatif est tout de même difficile à mettre en place pour tous les produits.

Pour les produits alimentaires… Mais pas uniquement!

Il est bien sûr évident que le marketing gustatif est appliqué presque exclusivement aux produits alimentaires, même si l’on peut relever quelques exceptions. Par exemple, dans la boutique Mauboussin des Champs Elysées, les bijoux sont mis en valeur grâce à une fondue au chocolat accessible à tous. De même des bonbons sont parfois offerts à la caisse des stations essences… On peut retrouver le marketing gustatif sous plusieurs formes, et ces efforts sont souvent récompensés, car le client l’apprécie. De même, pour les dentifrices, le marketing gustatif permet aux différentes marques de se différencier : Colgate sort un dentifrice au Bubble Gum et la gamme Vademecum exploite les plantes (sauge, thym…)

Le concept de marketing gustatif a beaucoup évolué ces dernières années. On peut aujourd’hui assister en quelque sorte à une mondialisation du goût : les nouvelles saveurs du monde entier voyagent et deviennent à la mode. Les industries agroalimentaires doivent en effet s’adapter aux cultures internationales. Les épices et saveurs d’ailleurs sont très vendeurs : la nouvelle vague venue d’Asie avec les sushis, makis, sashimis… connaît un grand succès. Les industries agroalimentaires, dans une large majorité, possèdent leurs propres « laboratoires gustatifs» qui testent les nouvelles tendances, et créent des nouveautés avec comme objectif de séduire les consommateurs et de satisfaire leurs envies.

Des modes gustatives

Le marketing gustatif relève donc d’études précises et doit s’adapter sans cesse aux nouvelles saveurs à la mode. Il existe en effet des « modes gustatives ». Toutefois le marketing gustatif est difficilement généralisable car le goût est propre à chaque individu, encore plus que tous les autres sens. Le mélange sucré-salé, par exemple, peut être très apprécié chez certains et repoussant pour d’autres. D’où la très grande variété de gamme des produits alimentaires.

Des écoles ont vu le jour récemment afin d’apprendre ces techniques aux acteurs des industries agroalimentaires : l’institut supérieur du marketing du goût ou « sup de goût » par exemple.

Le marketing moderne prend donc en considération les variables du marketing gustatif et leurs caractéristiques. Il reste encore à explorer de nombreuses saveurs et « modes gustatives » des consommateurs.

Accès aux autres sens :

Marie KERVEILLANT – Diplômée de l’ESSEC

Evaluer ce contenu :

Le marketing gustatif
4.5 (90%) 2 votes

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *