Interview

Philippe Desprets, co-fondateur de Youkado, à Roubaix (59)

Avec Youkado, Philippe Desprets et Stéphane Frémy, deux anciens cadres de la distribution, se sont positionnés sur un marché du coffret cadeau déjà très encombré. Ciblant les particuliers comme les professionnels, ce nouvel acteur compte affirmer sa différence avec son offre – des cadeaux 100 % produits et 100 % marques – et son engagement de disponibilité.

Philippe Desprets, co-fondateur de Youkado, à Roubaix (59)

A combien est estimé le marché du coffret cadeau aujourd’hui et comment vous positionnez-nous ?

Le marché du coffret cadeau n’a que 5 ans en France et pourtant il représente 350 millions d’euros et compte 72 acteurs. Comme dans d’autres secteurs, il y en a beaucoup qui ont suivi une logique d’opportunité. Résultat, on en arrive au schéma suivant : la moitié meurt, un quart marche et le dernier quart se fait racheter. C’est assez classique, mais ce qui l’est moins, c’est qu’un segment de marché arrive à maturité aussi rapidement…
L’idée de Youkado sur ce marché qui tend vers une rationalisation de l’offre, c’est d’être force de propositions vis-à-vis du client final. Pour cela, on crée une rupture en proposant des cadeaux concrets, dans le goût du jour, avec des objets de marque. Nous savons que cela correspond à un besoin, notamment dans l’univers B to B.
Autre atout : nous sommes les seuls aujourd’hui à proposer une vitrine cadeaux interactive sur notre site. Les autres ont un catalogue papier qui, par principe, dès qu’il sort, est obsolète. Nous, notre vitrine interactive peut évoluer tous les jours : si on détecte une nouvelle mode, un nouveau partenaire, on rentre immédiatement de nouveaux produits.
Nous faisons aussi un vrai travail de sélection de nos produits. Par exemple, pour le coffret « Girl attitude » (dédié aux filles de 12 à 18 ans, NDLR), nous avons réuni des tables rondes avec des adolescentes pour savoir exactement ce qui leur plaisait.

Hormis votre offre produit, comment vous démarquez-vous de vos concurrents ?

Pour répondre au buzz négatif qui a beaucoup nuit au segment du coffret cadeau, à cause de certaines pratiques, nous sommes des fils de commerçants et des commerçants depuis longtemps. Et en tant que commerçants, notre business plan n’est pas axé sur le fait qu’une box sur deux ne sera pas utilisée. Les gens ne veulent pas qu’on se moque d’eux, c’est pourquoi nous nous engageons à ce que nos produits soient disponibles.
Pour tenir cette promesse, nous nous appuyons sur différents éléments. D’abord, un outil informatique qui a demandé du temps pour être développé et qui nous a coûté 400.000 euros, mais qui va nous permettre de suivre au plus près tous les flux dans notre back office. Et donc, dès qu’un produit aura franchi un seuil de disponibilité, on pourra proposer un produit de remplacement.
De plus, alors qu’aujourd’hui une box a une date limite d’utilisation d’un an en moyenne, nous, nous offrons un délai de deux ans à partir du moment où elle est activée. Là encore, c’est un signe révélateur de notre état d’esprit…
Enfin, il était hors de question pour nous qu’un cadeau implique des frais pour le bénéficiaire final. Or, dans une offre séjour par exemple, les déplacements sont toujours à sa charge. Nous, nous voulons que nos cadeaux soient complètement gratuits pour les bénéficiaires. C’est pourquoi toutes nos livraisons sont gratuites.

Et en ce qui concerne les délais de livraison ?

On ne travaille qu’avec des professionnels de la VAD (vente à distance, NDLR) ou des pure players (entreprises dont l’activité est exclusivement menée sur internet, NDLR). En conséquence, quand un produit est livré en deux jours par CDiscount, nous suivons ce même délai. De manière générale, nous nous engageons sur une livraison en trois jours, sauf exceptions, quand les produits sont compliqués ou lourds.

Comment comptez-vous vous faire remarquer au milieu de tous ces acteurs ?

Notre stratégie est de nous appuyer sur le bénéficiaire final en faisant en sorte qu’il soit le plus satisfait possible. Comme on sait que les gens seront contents, ils achèteront à leur tour des coffrets Youkado et nous ferons ainsi le buzz.
Nous nous appuyons également sur les partenaires qui distribuent nos coffrets. Nous avons passé beaucoup de temps dans la construction de ces partenariats pour qu’ils soient engagés. Le résultat, c’est que nous proposons aujourd’hui des coffrets co-brandés, comme « Le trésor des enfants » dans lequel nous sommes associés à King Jouet.
Dans l’univers B to B, nous avons prévu également de faire quelques salons ainsi que des relations presse. En revanche, nous n’avons pas pour le moment de budget pub.

Propos recueillis par Nelly Lambert
Rédaction de NetPME
 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *