Actu

Baisse de croissance et hausse de sinistralité en France et en Europe

Baisse de la croissance et hausse de la sinistralité vont de pair pour l’Europe de l’ouest, surtout en France et au Royaume-Uni, d’après Euler Hermès SFAC.

Par contre, après des années de marasme, le nombre des faillites d’entreprises allemandes diminue de 3%, a contrario de la recrudescence des banqueroutes individuelles, qui augmentent de 40% par rapport à 2004 : 70 000 ménages se sont déclarés en cessation des paiements.

En France, quel que soit le "palmarès" 2005 (51 100 défaillances pronostiquées par Euler Hermès SFAC cet été), l’année a été caractérisée par l’absence de croissance (# 1 000 défaillances) et l’effet retardé de la forte création d’entreprise en 2003 et 2004 (# 1 500 défaillances).

Le commerce de détail et le BTP sont les secteurs les plus touchés et représentent respectivement 23 et 21% du total des sinistres.

Il est à craindre, en outre, que les grèves marseillaises de l’automne n’aient pas fini de produire leurs effets délétères…

Selon Ipsos, l’indice synthétique d’état de santé des PME-PMI de décembre 2005, la tendance est à la stagnation bien plus qu’à la croissance. Les indicateurs de conjoncture évoquent des tensions sur les prix mais la trésorerie et les crédits d’investissement sont remontés au niveau de l’an dernier. Le seul moteur est la consommation car la demande des PME, des grandes entreprises et de l’étranger n’a pas progressé durant l’année.

D’autre part, suivant le 2ème baromètre réalisé par Epsy pour les experts comptables de Paris Ile de France, l’activité des entreprises à court terme tendrait à s’améliorer : timide amélioration de la trésorerie et légère tendance à l’embauche pour du personnel qualifié.

Rédaction : L’Information Mutuelle
 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *