Actu

Croissance des TPE/PME : le niveau d’activité s’accélère

Les petites entreprises retrouvent le chemin de la croissance, après trois trimestres consécutifs d’évolution plus modeste de leur activité, selon le dernier baromètre de l'Ordre des experts-comptables.

Croissance des TPE/PME : le niveau d’activité s’accélère
Le chiffre d’affaires moyen des TPE/PME a augmenté de 2,6 % sur le 1er trimestre 2019 par rapport au 1er trimestre 2018. © Adobe Stock

La croissance des TPE/PME est de retour. Le baromètre de l’Ordre des experts-comptables[*], qui fait état de l’activité économique des petites entreprises trimestre par trimestre, révèle une accélération de la croissance du chiffre d’affaires des petites structures. « Les petites entreprises se portent mieux et plus durablement : la croissance de leur activité s’intensifie globalement pour toutes les catégories de TPE/PME, avec des derniers trimestres en hausse », se réjouit Jean-Yves Moreau, président du Comité TPE/PME du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables. Ainsi, le chiffre d’affaires moyen des TPE/PME a augmenté de 2,6 % sur le 1er trimestre 2019 par rapport au 1er trimestre 2018. Les entreprises dont le chiffre d’affaires annuel est compris entre 20 et 249 K€ ont vu leur CA augmenter de 2,6 %, une hausse qui se situe au niveau de la moyenne nationale, celles dont le CA est compris entre 250 et 499 K€ (+1,1 %), et celles avec un CA compris entre 500 et 999K€ (+ 1,5 %).

Modèle de budget prévisionnel 2019
Passez à l’action :

Modèle de budget prévisionnel 2019

Croissance des TPE/PME : cinq secteurs tirent l’activité

Dans le détail, la croissance de l’activité économique se confirme dans les TPE/PME françaises de 5 secteurs. Les structures du secteur des transports et entreposage (+3,9 %) continuent de tirer la croissance, malgré une performance bien en deçà des cinq derniers trimestres. Pour Jean-Yves Moreau, cette hausse de l’activité dans le secteur du transport est significative d’une bonne santé générale des entreprises : « Le secteur du transport et de la logistique est un bon indicateur, cela signifie qu’il y a du business pour les autres secteurs ».

Les entreprises des secteurs de l’hébergement restauration (+3,5 %) et de la construction (+2,7 %) améliorent nettement leur résultat par rapport au trimestre précédent et soutiennent également la croissance avec, dans une moindre mesure, celles du commerce (+2,7 %) et de l’industrie manufacturière (+2,6 %).

Les hausses de CA sont moindres dans les autres secteurs de service, notamment dans les activités financières et d’assurance, activités immobilières, activités spécialisées, scientifiques et techniques. « Si ces trois dernières années, certaines entreprises connaissaient des activités fluctuantes à cause de l’incertitude d’une durabilité de la croissance et de la difficulté à acquérir des marges satisfaisantes, cela s’estompe aujourd’hui avec des chefs d’entreprises plus confiants, à la fois dans la quantité et dans la qualité de l’activité avec du travail devenu rentable. » Un bémol cependant, leur difficulté à trouver du personnel qualifié dans certains secteurs.

Croissance des TPE/PME : hausse des investissements

Synonyme de bonne santé des entreprises, l’indice d’investissement national augmente de 0,8 %, toutes tailles d’entreprise confondues. Ce baromètre d’investissement est cependant parfois un peu en décalage car les entreprises attendent d’avoir une activité durable pour investir. Dans le détail, seules les plus grandes structures accroissent leur effort en la matière (+6,4 %). Pour les structures de plus petite taille, les montants investis continuent de baisser, mais à un rythme moins soutenu comparativement au trimestre précédent : – 8 % pour les TPE réalisant moins de 250 K€ de CA annuel ; – 2,6 % pour les entreprises dont l’activité annuelle se situe entre 250 et 499 K€ et – 2 % pour celles réalisant entre 500 et 999 K€. « Si les plus grandes entreprises ont une vision à plus long terme et investissent pour s’adapter aux marchés du futur, les plus petites préfèrent engranger d’abord des commandes et avoir une visibilité sur plusieurs mois pour prendre le risque d’investir. Ces dernières anticipent moins les évolutions du marché et ont plutôt tendance à s’adapter au fur et à mesure des besoins de leurs clients », développe Jean-Yves Moreau.

En termes de secteur, l’investissement des TPE-PME des activités financières et d’assurance grimpe à + 16,9%, pour les entreprises de transports et de l’entreposage (+ 5,9 %), pour les structures des secteurs de la construction (+ 3 %) et pour celles de l’industrie manufacturière (+ 1,6 %). En revanche, la baisse se poursuit dans certains secteurs, bien que moins fortement qu’au dernier trimestre 2018 : – 0,4% dans l’hébergement restauration, – 2% dans les autres activités de services, – 3,9% dans le commerce. « L’investissement des petites entreprises est un bon signal, cela signifie qu’elles ont confiance en l’avenir » note Jean-Yves Moreau qui conseille aux chefs d’entreprise de continuer à investir, même quand cela va moins bien, pour garder le cap et continuer à s’adapter au marché.

[*] Baromètre Image PME du Conseil supérieur de l’ordre des experts-comptables sur un échantillon de 340 000 TPE-PME dans toute la France au 1er trimestre 2019.

Charlotte de Saintignon

Laisser un commentaire

Suivant