Actu

Entreprises familiales : être "fils de" ne suffit plus

La compétence avant tout bouscule le cliché traditionnel de la gouvernance et de la transmission de l’entreprise familiale.

Entreprises familiales : être

Si 86 % des personnes interrogées lors d’une récente étude Family Business ont l’envie et s’estiment légitimes à diriger l’entreprise familiale, « être fils de », pour elles, ne suffit pas. La transmission du capital est aussi basée sur la compétence à diriger une entreprise. Cette compétence est d’ailleurs souvent acquise au cours d’une expérience extérieure, en travaillant quelques années dans une autre entreprise du secteur ou encore en suivant une formation spécifique.

La transmission familiale avec un management de qualité

L’étude Baromètre Nouvelles Générations qui dresse un état des lieux de la gouvernance et de la transmission des entreprises familiales à travers un questionnaire administré en février 2015, lors de leur événement annuel  » 24 heures pour les Nouvelles Générations  » relève une rapide intégration des nouvelles générations au plus haut des entreprises et leur active implication dans les décisions stratégiques. Leurs contributions orientées vers le développement à l’international, l’innovation en termes de produits, et le financement s’inscrivent dans un désir d’y mener des projets à long terme.

 Des sources de compétences nouvelles

62 % des entreprises familiales interrogées sont organisées en SA (Société Anonyme). À côté des classiques conseil d’administration, conseil de surveillance (forme qui permet souvent de faciliter la transmission entre générations), et directoire, on trouve des organes de gouvernance plus particuliers : le Conseil de famille, les comités stratégiques, les associations familiales, des comités de cousins ou encore la formalisation et la rédaction d’une charte familiale. Si la présence des membres de la famille au sein des organes de gouvernance est toujours importante, la volonté de pérenniser l’entreprise familiale passe aussi par la recherche de compétences extra-familiales. 59 % des interrogés font ainsi appel à des managers externes. L’intégration de personnes extérieures à la famille au conseil d’administration ou au directoire permet de bénéficier de compétences nouvelles et d’expériences différentes,… sûrement le secret de longévité de l’entreprise familiale moderne…

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *