Actu

"Il est possible que la Médiation du crédit ait plus de dossiers liés à des projets de développement en 2015"

Rencontre avec Fabrice Pesin, le nouveau Médiateur du crédit aux entreprises.

La baisse des recours à la Médiation du crédit  en 2014 signifie-t-elle que la situation financière des entreprises s’est améliorée en 2014 ?

L’accès au crédit des Pme de plus de 10 salariés s’est amélioré en 2014 : en fin d’année, 80% d’entre elles ont obtenu une réponse positive à leurs demandes de crédit de trésorerie et jusqu’à 93 % pour les crédits d’investissement. De plus, le CICE (Crédit d’impôt compétitivité emploi) et son préfinancement par BPI France ont soulagé la trésorerie des entreprises. En revanche, les TPE ont rencontré plus de difficultés. Elles ont enregistré moins de 65% de réponses positives pour les crédits de trésorerie. L’accès au crédit bancaire est de manière globale plus difficile pour les TPE car elles sont généralement moins capitalisées que les PME. Un tiers d’entre elles ne possède aucun fonds propres ! Or le banquier a besoin de garanties pour prêter de l’argent.

Le nouvel accord de place sur la Médiation du crédit aux entreprises élargit votre mission à d’autres acteurs financiers. Cela augmentera-t-il le taux de réussite ?

Il faut savoir que la Médiation du crédit s’apparente souvent à une course contre la montre, avec des entreprises dont la situation financière se dégrade rapidement. L’élargissement de la Médiation aux sociétés financières telles que les acteurs de l’affacturage, du crédit-bail et du cautionnement devrait améliorer les choses car cela nous permettra de gagner du temps dans les discussions avec les différents partenaires de l’entreprise. En signant l’accord de place, les sociétés financières s’engagent, comme les banques, à maintenir les lignes de financement des entreprises pendant la durée de la médiation. Par ailleurs, le nouvel accord de place intègre les engagements à expliquer les refus de crédit aux entreprises et à les informer de la possibilité de recourir au Médiateur du crédit. Nous travaillons également à améliorer la lisibilité des tarifs bancaires professionnels.

Une reprise semble se dessiner, et les banques détiennent plus de liquidité grâce à la politique de la BCE (*). Cela se traduira-t-il par un plus grand accès au crédit pour les PME/TPE ?

Jusqu’ici nous intervenions peu sur des difficultés de financement de projets de développement, les motifs de saisine de la Médiation étaient plutôt défensifs, c’est à dire liés à un manque d’activité ou à des problèmes de délais de paiement. Dans une phase de retournement conjoncturel, les entreprises constituent des stocks et ont de nouveaux clients, augmentant ainsi leur besoin en fonds de roulement. Or les banques regardent aussi les derniers bilans de l’entreprise qui sont marqués par la crise même si les affaires de l’entreprise reprennent. Il est donc possible qu’en 2015 la Médiation ait plus de dossiers liés à des projets de développement. En cas de reprise dynamique, la question de la capacité du système bancaire à répondre à toutes les demandes pourrait se poser. Cependant, avec la politique très accommodante de la BCE qui favorise la distribution de crédit, le système bancaire devrait pouvoir délivrer plus de financements aux PME/TPE. Le Médiateur restera vigilant sur ce point.

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *