Actu

Les défaillances d'entreprise au niveau le plus bas depuis 2008

Le nouveau baromètre Altares sur les défaillances d'entreprises au 2e trimestre 2015 se révèle plutôt positif. On reviendrait à un volume de défaillances proche de celui du début de la crise.

Les défaillances d'entreprise au niveau le plus bas depuis 2008

Serait-ce la fin de la crise? C’est en tous cas l’espoir que suscite le dernier baromètre réalisé par Altares sur les défaillances d’entreprises au 2e trimestre 2015. Altares en a dénombré 13 400 en France pendant cette période, soit 6,8 % de moins qu’au 2e trimestre de l’an dernier. Cela représenterait 10 000 emplois préservés par rapport au printemps 2013. Thierry Millon, directeur des études chez Altares se souvient des années précédentes : « Le 2e trimestre 2008 approchait les 13 000 entreprises en cessation de paiement. Ce nombre allait pourtant s’avérer encore bien loin du record de plus de 17 000 procédures dépassé à trois reprises en débuts d’années 2009, 2010 et même 2014. » Chaque année, depuis le début de la crise en 2008, 10 000 entreprises de plus qu’en temps normal ont été défaillantes. 2015 pourrait signer la fin de cette série noire.

Le bâtiment et le commerce connaissent moins de défaillances

Toutefois, il est intéressant de regarder ces statistiques dans le détail. Ces bonnes nouvelles concernent principalement les TPE de moins de 10 salariés (-6,6 % de défaillances) et les PME de 10 à 49 salariés (-10 %). Côté secteur d’activité, le bâtiment, qui a payé un lourd tribut lors de la crise économique, connaîtrait des légers signes de redressement, avec une baisse de 8% du nombre de défaillances par rapport à 2014. Le commerce voit aussi une amélioration de sa situation avec une baisse de 9 % du nombre de cessations de paiement, ce qui ramène le nombre de défaillances actuel à celui du début de la crise. De même, l’industrie retrouve un volume de défaillances que ce secteur avait perdu depuis 7 ans.

Les défauts de paiement mis en cause

Autre point intéressant de cette étude : la position géographique de ces entreprises. C’est l’Ile-de-France qui se retrouve en reste de ces bonnes nouvelles. La région parisienne voit toujours ses entreprises défaillantes augmenter (+3 %). En revanche, la Bourgogne, le Limousin, le Centre, la Franche-Comté, les Midi-Pyrénées et la région PACA retrouvent des valeurs proches de celles du début de la crise. La principale cause des défaillances reste les défauts de règlement. « Il est donc crucial que les fournisseurs et sous-traitants redoublent d’attention pour ne pas laisser déraper les retards de paiement de leurs clients et donneurs d’ordre, car ils pourraient se trouver à leur tout en défaut de paiement », selon Thierry Millon.

Pour en savoir plus, consultez notre kit Prévenir les difficultés de son entreprise et Affronter les difficultés de son entreprise.

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *