Actu

Les patrons de TPE séduits par la mesure sur les heures supplémentaires

Plus d’un dirigeant de très petites entreprises sur deux pensent recourir au nouveau dispositif sur les heures supplémentaires qui entrera en application le 1er octobre 2007. 65% d’entre eux estiment qu’ils le feront fréquemment.

Selon le baromètre Ifop Fiducial réalisé par téléphone du 2 au 13 juillet 2007 auprès d’un échantillon composé de 1010 patrons de TPE de 0 à 19 salariés, 57% des patrons interrogés de TPE employeurs estiment que la mesure d’exonération de charges sociales et d’impôt sur le revenu sur les heures supplémentaires les incitera effectivement à y recourir davantage.

Parmi ceux-ci, 65% envisagent de recourir fréquemment aux heures supplémentaires, contre 35% rarement ou jamais. Mais ils sont 88% à indiquer qu’ils pensent laisser le choix à leurs salariés. Par ailleurs, 57% des dirigeants de TPE déclarent que leurs salariés effectuent déjà des heures supplémentaires.

Les salariés quant à eux sont 65% à souhaiter effectuer des heures supplémentaires. Ce souhait est plus marqué chez les moins de 35 ans.

Interrogés également sur la TVA sociale, 53% des dirigeants de TPE se déclarent opposés au principe qui consiste à basculer sur la TVA une partie du financement de la sécurité sociale. 58% des Français dans leur ensemble disent y être également opposés.

Parmi les opposants à cette taxe, 76% des patrons de TPE invoquent le fait qu’elle est injuste et qu’elle va plus peser sur les foyers modestes. Vient ensuite le risque d’entraîner une hausse des prix et un ralentissement de la croissance. Ils préféreraient que l’Etat trouve d’autres moyens de financement pour conduire ses réformes.

Selon le gouvernement, l’exonération des heures supplémentaires permettra de générer 70 millions d’heures de travail, équivalentes à 45.000 emplois à temps plein. Ce projet d’exonération et de défiscalisation des heures supplémentaires entrera en vigueur le 1er octobre prochain.

Mais il suscite déjà de nombreuses critiques, notamment de la part du Conseil d’analyse économique qui conteste l’hypothèse de créations d’emploi massives. Pour lui, « la mesure aura un effet négatif sur l’emploi, puisqu’elle incitera les entreprises à substituer des heures de travail aux hommes ».

Rédaction de NetPME
redaction@netpme.fr
 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *