Actu

Portrait des femmes entrepreneurs d'aujourd'hui

Qui sont les femmes qui entreprennent dans la France d’aujourd’hui ? L’enquête réalisée par la Caisse d’Epargne permet de dresser un portrait tout en nuances, malmenant au passage certaines idées reçues...

Portrait des femmes entrepreneurs d'aujourd'hui

Les stéréotypes entourant les femmes entrepreneurs ont la vie dure… Pourtant quelques-uns au moins viennent d’être mis à mal par une enquête Caisse d’Epargne*, réalisée à l’occasion de la première Journée nationale des femmes entrepreneurs qui aura lieu le 10 octobre 2012.

Mieux connaître leur profil, leurs motivations et leurs problématiques pour mieux les accompagner, tel était l’objectif de ce premier baromètre qui permet de remettre en cause quelques stéréotypes. Ainsi, contrairement aux idées reçues, les femmes chefs d’entreprises disent avoir le goût du risque : 80 % citent le goût d’entreprendre, le sens du risque et de l’innovation parmi leurs motivations à se mettre à leur compte.

Entre doute et confiance

Autre préjugé mis à mal dans ce baromètre : l’accès aux financements, réputé plus difficile pour une femme que pour un homme. Ce n’est en tout cas pas leur ressenti, même si le problème s’avère en fait plus insidieux : 56 % imaginent que les femmes hésitent davantage à demander une aide à leur banque. Le blocage se ferait en fait en amont de la demande de financement…

Problème de confiance en soi ? Ce baromètre tend en tout cas à montrer qu’elles sont plus nombreuses (23 % contre 15 % des hommes) à avoir peur d’échouer, de ne pas être à la hauteur. D’ailleurs, les structures qu’elles créent sont souvent moins ambitieuses : elles gèrent moins de salariés en moyenne et font état d’un chiffre d’affaires moitié moins élevé que leurs homologues, alors qu’elles sont pourtant, à la base, plus diplômées qu’eux. Pourtant, sur le plan de la gestion de leur entreprise, elles s’estiment tout aussi compétentes que les hommes, voire plus dans certains domaines comme la relation client, les ressources humaines ou la gestion financière.

En revanche, là où cette étude en rejoint d’autres, c’est sur la difficulté à concilier vie professionnelle et vie personnelle. Si leur conjoint montre plutôt un soutien actif au moment du lancement de leur activité (aide matérielle ou psychologique), en revanche, celui-ci se fait moins évident ensuite, dans le partage des tâches au quotidien… Ainsi, 54 % se sentent peu voire pas aidées par leur conjoint (contre 34 % des hommes). Dans le monde entrepreneurial comme dans le salariat, l’égalité professionnelle hommes-femmes est encore loin d’être acquise…

* enquête téléphonique réalisée sur un échantillon de 925 chefs d’entreprises de moins de dix salariés

En savoir plus sur l’entrepreneuriat féminin

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *