Actu

Les salaires devraient augmenter de 3,1 % en 2008

Si l’on en croit la traditionnelle enquête annuelle Haygroup, les salaires devraient nettement progresser en 2008. Les 440 entreprises interrogées annoncent, en effet, une hausse des budgets consacrés aux augmentations salariales. Analysons cette hausse ...

Les salaires devraient augmenter de 3,1 % en 2008

La hausse annoncée devrait donc être légèrement plus forte qu’en 2007 où elle n’avait pas dépassé les 3 %.

La hausse des salaires ne devrait pas être identique au sein des différentes catégories socioprofessionnelles. Ainsi, les cadres et les cadres supérieurs tireront mieux leur épingle du jeu que les non cadres, mais la différence est tout à fait minime avec 3,1 % pour les premiers et 3 % pour les seconds. Les DRH interrogés sur la politique salariale de leur entreprise restent toutefois prudents. Les hausses de salaire pourraient bien être supérieures aux intentions. Ainsi, l’an passé, ils annonçaient 3 % d’augmentation pour les salaires 2007. Bilan, fin 2007, 20 % des entreprises ont dépassé et de loin ce qu’elles avaient prévu 12 mois auparavant. En moyenne, les augmentations ont atteint les 3,2 % pour les cadres et les cadres supérieurs. En 2008, les jeunes diplômés devraient également bénéficier de la hausse des rémunérations et, en particulier, les diplômés des (très) grandes écoles, comme HEC, Polytechnique, Centrale ou l’Essec.

Quant aux secteurs bénéficiant des plus fortes augmentations, ceux du pétrole et de la chimie arrivent en tête avec une progression prévue de 3,5 %, soit 0,3 % de mieux que l’an passé. L’industrie du médicament reste à son niveau de 2007, soit 3,2 %. Elle est rejointe par l’industrie de transformation où les augmentations seront de 3,2 %, contre 3 % en 2007. Les cadres de la grande consommation, de la distribution, des services, des banques et assurances devraient être en moyenne augmentés de 3 %. Comme l’an passé pour les services ou la grande consommation. Mieux que l’an passé pour les banques et les assurances (2,9 % en 2007). En revanche, le secteur high tech devrait faire grise mine. Les augmentations moyennes dans ce secteur ne devraient pas dépasser 3,1 %, dans l’exacte moyenne des prévisions tous secteurs, réalisée par HayGroup.

Et, quelles formes devraient prendre ces augmentations de salaires ? Les salaires ne constituent plus aujourd’hui la seule source de rémunération des salariés même s’ils en restent la principale composante. Selon l’enquête Haygroup 2008, les primes, bonus intéressement ou autres commissions ont la préférence des employeurs. C’est par la distribution plus ou moins importante de la part variable du salaire que devraient passer les plus fortes récompenses salariales. Ces éléments non salariaux concernent déjà 90 % des cadres supérieurs et 70 % des non cadres. Pour les premiers, la part variable représente 18 % de leur rémunération. Pour les seconds, elle atteint 5 % du salaire. Si le bonus est devenu un élément de fidélisation auquel les entreprises attachent désormais la plus grande attention, les stocks options, en revanche, n’ont plus la cote. 65 % des entreprises offraient des plans de stock options en 2000. Elles ne sont plus que 51 % en 2007. Leur fiscalité peu incitative conduit les employeurs à les remplacer par des distributions d’actions gratuites.

Nathalie LEPETZ
Rédaction de NetPME

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *