Actu

Les salariés aiment toujours leur entreprise, mais de moins en moins

Deux récentes études mettent en avant une certaine distanciation des salariés français avec leur entreprise. S'ils sont toujours une majorité à "aimer leur boîte", cette adhésion s'effrite régulièrement depuis l'arrivée de la crise économique en 2008.

Les salariés aiment toujours leur entreprise, mais de moins en moins

A l’occasion de la 9e édition, le 20 octobre prochain, de l’opération « J’aime ma boîte », qui a pour vocation de célébrer l’entreprise, un sondage OpinionWay a été réalisé auprès des salariés pour connaître leur perception de l’ambiance actuelle.
Ainsi, s’ils sont toujours majoritaires à déclarer aimer leur boîte (64 %), cette adhésion s’effrite régulièrement depuis 2008 (79 %) et l’arrivée de la crise économique. Une tendance déjà mise à jour récemment par une étude du cabinet de conseil en ressources humaines Mercer dans laquelle un tiers des salariés disaient envisager quitter leur entreprise, ce qui constituait un record.

Ce sont plus particulièrement les hommes travaillant dans le secteur privé et résidant en Ile-de-France qui accusent, en un an, une baisse de leur appréciation.
L’âge des sondés a également une incidence sur leur perception de l’entreprise, note l’étude. Ainsi 37 % seulement des salariés de plus de 35 ans trouvent que l’ambiance au travail est bonne en ce moment, contre 45 % en moyenne. Or, l’ambiance au travail constitue un facteur déterminant pour rester dans une entreprise ou pour choisir une entreprise.

Interrogés sur les éléments qui détériorent ou, au contraire, jouent en faveur d’une bonne ambiance, les salariés français se montrent assez partagés. Dans le premier cas, c’est surtout les relations interpersonnelles qui entrent en jeu : un supérieur hiérarchique qui met trop la pression ou des collègues qui jouent trop « perso » ou « mal élevés ». Autre facteur démobilisateur pour près d’un tiers des salariés : le fait de manquer de temps pour réaliser leur travail. Une conséquence, là aussi de la crise qui a contraint les entreprises à plus de rigueur dans leur gestion, notamment, celle des hommes, relevait l’enquête Mercer. « Pour beaucoup, l’entreprise c’est un peu comme une seconde famille, avec les attentes qui vont avec. On constate que le bien-être et l’épanouissement des salariés sont des facteurs de plus en plus importants pour l’efficacité de l’entreprise, dans un contexte économique particulièrement difficile, dans lequel il faut faire preuve de toujours plus de productivité et de performance », constate Sophie de Menthon, à l’initiative de l’opération « J’aime ma boîte ».
Quand on leur demande, à l’inverse, ce qui les rend heureuses dans leur entreprise, les personnes interrogées lors de l’enquête OpinionWay citent, à égalité (44 %), « une ambiance plutôt chaleureuse » ou « le respect de leur travail ». En revanche, la personnalité du patron n’entre qu’assez peu en jeu (23 %), à égalité avec les succès que peuvent enregistrer l’entreprise.
Pas sûr que cela soit rassurant pour les chefs d’entreprise…

*Sondage Opinionway réalisé en ligne auprès de 2017 personnes dont 762 salariés, du 7 au 15 juillet 2011

 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *