Actu

Un résultat en demi-teinte pour le déblocage exceptionnel de la participation

Les demandes de déblocage de l'épargne salariale ont été moins importantes que prévues. Seuls 2,2 milliards d'euros ont été retirés de l'épargne salariale via ce dispositif de juillet à décembre dernier, révèle le bilan de l'épargne salariale de l'association française de la gestion financière (AFG) pour l'année 2013.

Un résultat en demi-teinte pour le déblocage exceptionnel de la participation

Relancer la consommation, tel était l’objectif du déblocage exceptionnel de la participation mis en place par le gouvernement de juillet à décembre 2013. Or, comme le laissaient présager les premières estimations du dispositif, le résultat attendu n’a pas été totalement atteint.

2,2 milliard d’euros débloqués de juillet à décembre 2013

En effet, le bilan de l’épargne salariale au 31 décembre 2013 établi par l’Association française de la gestion financière (AFG) constate que les déblocages exceptionnels ont représenté 2,2 milliards d’euros. « Cette somme n’est pas négligeable, mais le déblocage exceptionnel n’a pas connu le même succès que les dispositifs de même type mis en œuvre précédemment. Ainsi en 2008, le déblocage exceptionnel avait donné lieu à des retraits de 3,9 milliards d’euros », souligne Jean-Marc Fournier responsable de l’épargne salariale de l’AFG.

Un déblocage exceptionnel tardif

Il ajoute que ce résultat, qui était prévisible, s’explique par plusieurs facteurs. « Les salariés peuvent choisir de percevoir directement leur participation depuis 2008. Donc ceux qui décident de consommer le font dès que celle-ci est disponible et les autres salariés épargnent. De plus, la plupart des entreprises ont leur exercice qui correspond à l’année civile. Ils perçoivent donc leur participation fin avril et leur intéressement fin juin. Comme le déblocage exceptionnel a été autorisé de juillet à décembre, certains salariés qui avaient choisi de percevoir une partie de leur épargne salariale l’avait déjà fait ».

Plus de rachats que de versements

Néanmoins, même s’il n’a pas obtenu le succès escompté le déblocage de l’épargne salariale a eu un effet direct sur le montant des rachats d’épargne salariale qui s’élève en 2013 à 15,2 milliards, alors que les versements ont été de 11,7 milliards. « Pour la première fois, les rachats ont dépassé les versements, constate Jean-Marc Fournier, et nous nous retrouvons face à un solde net négatif de 3,5 milliards d’euros, alors que ce même solde était positif de 500 millions en 2012 ». Reste que les encours de l’épargne salariale ont dépassé 100 milliards en 2013, pour atteindre 104,4 milliards. Cette augmentation n’est donc pas due aux placements des salariés, mais à la bonne tenue de la bourse l’année dernière.

 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *