Interview

Patrick Moutafis, hôtelier à Caen

Patrick Moutafis est propriétaire exploitant d’un hôtel, franchise de la chaîne Kyriad près de Caen. Doté de 57 chambres et d’un restaurant, l’hôtel accueille tant une clientèle touristique que des séminaires d’entreprise. Avec près de 20 salariés qu’il gère en direct, en l’absence de DRH, Mr Moutafis a fort à faire avec la législation sociale, dont il consulte l’actualité sur netpme.fr

Patrick Moutafis, hôtelier à Caen

En quoi consiste votre métier d’hôtelier ?

Patrick Moutafis : Je veille à la bonne marche d’un établissement ouvert de 6h30 le matin, moment auquel nous démarrons la préparation des petits déjeuners, à minuit, voire deux ou trois heures du matin en été, heure de fermeture de l’hôtel. En tant que patron, j’ai un œil sur tout, je connais les plannings, je gère les relations avec les fournisseurs et, bien sûr, le personnel de l’hôtel. Pendant longtemps, j’ai habité dans l’hôtel, j’étais donc sur le pont de l’ouverture à la fermeture. Aujourd’hui, ma structure est plus étoffée, mes horaires sont donc un peu allégés.

Pourquoi avoir choisi de vous adosser à une marque ?

Quand on est indépendant, à la périphérie d’une ville, il est difficile de se faire connaître par soi-même. Appartenir à une chaîne permet de capter la clientèle des tours opérateurs, dont les contrats sont négociés directement avec le siège du groupe Louvre-Hôtels, propriétaire de la marque Kyriad. Outre les voyageurs amenés par les tours opérateurs, nous accueillons beaucoup de commerciaux, en semaine. Notre hôtel se remplit de touristes le week-end d’avril à octobre.

Vous vous occupez en direct de la gestion du personnel, pourquoi ?

C’est un choix : je suis intéressé par tout ce qui touche aux ressources humaines. A l’hôtel, c’est moi qui rédige les contrats de travail, établis les feuilles de paie, met en place la formation du personnel. Je fais aussi partie, au sein de la fédération hôtelière, d’une commission paritaire en charge de la formation : nous sommes les interlocuteurs des institutionnels dans ce domaine. La vraie difficulté, dans ce domaine, c’est que la réglementation sociale est compliquée et qu’elle évolue très vite !

Vous êtes un utilisateur assidu de NetPME, est-ce justement pour vous tenir au courant de l’actualité sociale ?

Oui, tout à fait. J’ai d’autres sources d’information (par la fédération hôtelière, par mon franchiseur, par les pouvoirs publics), mais cette information est souvent trop tardive. Or, en matière de réglementation sociale, il est impératif de connaître tout de suite les modifications qui interviennent, car ces modifications affectent la façon de travailler. Par exemple, l’annulation récente par le Conseil d’État de la mise en place des 35h dans notre secteur va avoir d’énormes conséquences. Bien connaître la réglementation sociale permet aussi d’être juste avec les salariés et d’éviter des erreurs qui, même si elles ont été faites en toute bonne foi, peuvent vous conduire aux Prud’hommes. Je dois donc aller chercher par moi-même l’information actualisée, et je la trouve sur netpme.fr.

Concrètement, comment utilisez-vous le site netpme.fr ?

Je le consulte habituellement en fin de mois, pour connaître les chiffres à jour : montant du SMIC, bases AGS et CSG, actualisation des taux Assedic, calcul des mutuelles, etc. Je n’utilise pas les modèles de contrats de travail proposés, mais je ne dis pas que je n’y viendrai pas un jour !
J’utilise aussi le site pour me tenir au courant de toutes les nouveautés dans le domaine social, par exemple lorsqu’un nouveau contrat est proposé. Cela me permet de me faire une opinion générale avant de consulter les experts qui m’entourent. Mieux informé, je peux ainsi discuter avec eux puis décider en connaissance de cause, sans m’en remettre aveuglément à leur préconisation.

Propos recueillis par Marie-Pierre Noguès Ledru

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *