Actu

Agirc Arrco : les négociations ont abouti

Un accord sur les retraites complémentaires Agirc Arrco a été trouvé entre les partenaires sociaux trois mois après le début des négociations. Selon toute vraisemblance, FO et la CFTC devraient le signer.

Agirc Arrco : les négociations ont abouti

Il aura fallu pas moins de 7 séances de négociation pour parvenir à un accord sur les retraites complémentaires Agirc Arrco. La semaine dernière, syndicats et patronat ont achevé la négociation sur les régimes de retraite complémentaire.

Augmentation du taux contractuel de 0,1 % à compter du 1er janvier 2014

Comme les syndicats le souhaitaient, le projet prévoit une augmentation du taux contractuel des cotisations. Celle-ci sera de 0,1 % dès le 1er janvier 2014. « Cette augmentation du taux contractuel est un point positif car elle est créatrice de droits pour les salariés  » souligne Pascale Coton dela CFTC. PhilippePihet (FO) ajoute, « qu’elle va permettre d’assurer la pérennité des régimes ». Ces deux syndicats considèrent donc que l’accord présente des signes positifs et se disent plutôt optimistes. Ils devraient donc signer l’accord, même si rien ne sera officiel tant que les instances nationales des confédérations ne se seront pas prononcées dans les semaines à venir. Si Jean-Louis Malys (CFDT) loue également l’efficacité de la mesure, il retient que « celle-ci n’est que relative car elle repousse simplement l’échéance de quelques années ». Il n’a donc, pour le moment, pas pris position, car il juge le résultat discutable.

Pas d’équilibre des régimes pour la CGT et la CGC

De son côté,la CGT, même si elle reconnaît que le patronat a écouté les organisations syndicales, n’accepte pas le texte tel qu’il a été proposé. « L’augmentation des cotisations de 0,1 % ne permet pas d’arriver à un équilibre des régimes à l’horizon 2017 explique Eric Aubin, le chef de file de la délégation. L’effort n’est pas suffisant ». Même son de cloche du côté dela CGC. »L’équilibre des régimes n’y est pas », soutient Danièle Karniewicz. « De plus, l’effort demandé aux retraités avec la sous-indexation est plus important que celui demandé aux actifs, ce qui n’est pas acceptable », ajoute-elle.

Satisfaction du Medef

Côté patronal, Jean-François Pilliard, le représentant du Medef, s’est déclaré satisfait de ce projet. « Nous devons néanmoins nous replacer dans le contexte, souligne-t-il. L’effort demandé aux retraités sur le plan humain pose problème. De même, l’effort demandé aux entreprises dans la conjoncture actuelle, de l’augmentation du taux contractuel et du versement mensuel des cotisations de retraites complémentaires à compter de 2016 est important. Nous n’avons pas pris ces décisions de gaieté de coeur, elles ne sont pas enthousiasmantes, mais elles sont nécessaires pour assurer la pérennité de nos régimes ». Le représentant du Medef considère qu’avec cet accord, les partenaires sociaux ont pris leurs responsabilités. « Cependant, ajoute-t-il, il appartient maintenant au régime général de changer les paramètres. A défaut, nous serions contraints de nous remettre autour de la table, car les mesures que nous avons prises ne seront pas suffisantes ».

 

Evaluer ce contenu :

Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *