fiche

Déclaration d'un accident du travail

La survenance d'un accident du travail oblige l'employeur à remplir un certain nombre de déclarations et de formalités destinées au salarié ou à la Caisse primaire d'assurance maladie. Pour répondre efficacement à ces obligations, voici la marche à suivre.

Déclaration d'un accident du travail

Attendre l’information par le salarié

Outre la nécessité de faire constater son état par un médecin, le salarié doit en informer ou en faire informer son employeur, de vive voix ou par lettre recommandée avec accusé de réception, dans la journée où se produit l’accident et, au plus tard, dans les 24 heures, sauf cas de force majeure, d’impossibilité absolue ou de motif légitime. Cette information est nécessaire, qu’il s’agisse d’un accident du travail ou d’un accident de trajet.

Remarque : Si la victime d’un accident de travail est un télétravailleur, il doit en informer son employeur par lettre recommandée avec accusé de réception, sans délai si l’accident survient à son domicile. S’il survient en télécentre, il informe le représentant de l’employeur sur place ou, à défaut, l’employeur lui-même par lettre recommandée avec accusé de réception.

Remettre une feuille d’accident du travail au salarié

Une fois informé de l’accident, l’employeur doit remplir une feuille d’accident du travail (formulaire Cerfa no 11383*02) et la remettre rapidement au salarié. Cette feuille permet au salarié de ne pas faire l’avance de frais lorsqu’il consulte le médecin, se rend à la pharmacie ou reçoit des soins. Elle est valable pour la durée du traitement consécutif à l’accident.

Déclarer l’accident à la CPAM

Une obligation incontournable, sous peine de sanctions

A moins d’être autorisé à tenir un registre des accidents bénins, l’employeur doit déclarer tous les accidents survenus par le fait ou à l’occasion du travail et les accidents de trajet, sans tenir compte de leur gravité ni des circonstances qui les entourent.

Attention : la tenue d’un registre des accidents bénins n’exonère pas l’employeur d’une déclaration pour les accidents graves.
L’employeur ne peut refuser de procéder à cette déclaration, même s’il a des doutes sur le caractère professionnel de l’accident. Tout au plus peut-il émettre des réserves. Il n’a pas à décider de la qualification d’accident du travail ; c’est le rôle de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM).
L’employeur qui omet de déclarer l’accident s’expose non seulement à des sanctions pénales mais également au remboursement des dépenses engagées par la CPAM et au versement d’éventuels dommages et intérêts au salarié.

Qui doit déclarer et à qui ?

La déclaration d’accident du travail peut être remplie par l’employeur lui-même ou un de ses préposés, qui n’a pas besoin de détenir une délégation formelle pour cela.
En principe, elle doit être envoyée à la CPAM dont relève la victime. Toutefois, les employeurs dont les salariés résident dans des circonscriptions limitrophes relevant de CPAM différentes peuvent envoyer les déclarations d’accident du travail à la CPAM du lieu de travail qui se charge de les ventiler dans les plus brefs délais sur les différentes caisses de résidence concernées.

Déclarer sous 48 heures par lettre recommandée avec accusé de réception

La déclaration doit être adressée à la CPAM impérativement dans les 48 heures, sans tenir compte des dimanches et jours fériés. Le délai de 48 heures court à compter du jour où l’employeur ou son préposé a été personnellement informé de l’accident (Cass. 2e civ., 9 déc. 2003, no 02-30.603).

Si l’accident survient à l’étranger, le délai ne commence à courir qu’à compter du jour où l’employeur a été informé de l’accident par lettre recommandée avec accusé de réception du salarié ou de son représentant.
Cette déclaration doit être envoyée par lettre recommandée avec accusé de réception. Une copie doit être conservée pendant au moins 5 ans, sous peine d’une amende de 4e classe.

Déclarer sur support papier ou en ligne

La déclaration d’accident du travail n’est soumise à aucun formalisme et peut donc être envoyée à la CPAM dans un courrier informel en lettre recommandée avec accusé de réception. L’administration met toutefois à la disposition des employeurs un formulaire Cerfa disponible auprès des CPAM ou sur le site Internet www.ameli.fr.
L’employeur ou son mandataire (expert-comptable, centre de gestion, etc.) peut également procéder à une déclaration en ligne sur le site Internet www.net-entreprises.fr. Ce téléservice permet de renseigner en une seule fois déclaration d’accident du travail et feuille d’accident. Une fois la déclaration envoyée, l’employeur reçoit un avis de dépôt et un accusé de réception à conserver.

Émettre des réserves en cas de doute

Lorsque l’employeur a des doutes sur la relation entre l’accident et le travail, il ne doit pas hésiter à les faire connaître à la CPAM avant la clôture de l’instruction du dossier. Pour faire connaître ses réserves à la CPAM, l’employeur a le choix entre les formuler sur la déclaration d’accident du travail ou sur un document séparé joint.

Envoyer une attestation de salaire à la CPAM en cas d’arrêt de travail

En cas d’arrêt de travail, l’employeur doit adresser à la CPAM une attestation indiquant la période d’emploi, le nombre de jours et d’heures auxquelles s’appliquent la ou les paies servant de base de calcul aux indemnités journalières de sécurité sociale, le montant et la date de ces paies, au moyen d’un imprimé Cerfa no 11137*02.

Retrouvez ici plus d’informations sur Identifier et déclarer l’accident du travail.

Evaluer ce contenu :

Déclaration d’un accident du travail
5 (100%) 2 votes

Pour aller plus loin Sur le même sujet

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *