Interview

Judith Levy : « entreprendre pour une bonne cause nous motive au quotidien »

Judith Levy et Juliette Couturier ont créé une marque de cosmétiques dédiée aux femmes atteintes du cancer. Tous leurs produits sont exempts de substances jugées comme « à risque » par UFC-Que Choisir et sont à 96 % d’origine naturelle. Une exigence qui leur aura valu deux ans de préparation.

Judith Levy : « entreprendre pour une bonne cause nous motive au quotidien »

Comment vous est venue l’idée de créer des cosmétiques dédiés aux malades du cancer ?

J’ai perdu ma maman d’un cancer du sein en 2010 alors que j’avais 19 ans. Elle s’est battue pendant 3 ans contre la maladie et les effets secondaires de ses traitements étaient des plus pénibles. Certains sont populaires comme les vomissements après les chimiothérapies, mais d’autres restent encore mal connus comme les ongles qui noircissent et tombent, la peau qui s’assèche ou encore le syndrome main pied qui sensibilise la paume de mains et la plante des pieds. Ces effets secondaires sont très difficiles à vivre. Lorsque ma mère était malade, je me suis souvent rendue dans les pharmacies pour essayer de trouver un remède afin de l’apaiser mais je n’ai rien trouvé. Alors à la fin de mes études de design à l’école Strate, lorsque j’ai dû choisir un projet sur lequel travailler pendant un an, j’ai imaginé cette gamme de cosmétiques dédiée aux femmes atteintes du cancer. J’ai rencontré mon associée Juliette peu de temps après alors que nous effectuions toutes les deux un stage chez L’Oréal.

Elle avait, elle aussi, une expérience malheureuse avec le cancer car beaucoup de femmes de sa famille sont touchées. Je n’ai donc pas eu besoin de lui expliquer l’intérêt de mon projet, elle l’a tout de suite compris et a été séduite par le concept. Nous nous sommes lancées en janvier 2015.

Pourquoi « Même » ?

Même comme « Même malade je m’aime et on m’aime ». Même comme « Même pas peur ». C’est un mot qui parle à toutes les femmes car chacune se l’approprie comme elle le souhaite pour lui donner du sens.

A-t-il été difficile de concevoir des produits efficaces et tolérés par la peau des malades ?

Cela nous a pris une année pour mettre au point la formule de nos produits. Dès janvier 2015 nous nous sommes entourées de médecins, d’experts et de 70 femmes sous traitement anticancéreux pour répondre de la meilleure façon à leurs besoins. Puis nous avons réalisé une étude clinique au centre Léon Bérard spécialisé dans la lutte contre le cancer à Lyon. Nous avons obtenu de très bons résultats. Nous avons donc commercialisé nos produits en janvier 2017.

A-t-il été difficile d’implanter vos produits sur le marché ?

Absolument pas, ce sont même les pharmacies qui nous ont contactées pour commander nos produits ! Preuve qu’il y avait vraiment un marché à prendre sur ce créneau. Nous nous sommes rendues compte que les pharmaciens n’avaient pas de réponse à apporter aux femmes malades qui venaient les consulter pour soulager leurs maux dus aux traitements. Aujourd’hui, nos produits sont disponibles sur notre e-shop mais aussi dans 300 pharmacies en France. Nous espérons 500 d’ici la fin de l’année.

Quelle est leur différence avec les cosmétiques réputés « neutres » (certaines crèmes en pharmacie par exemple) ?

Nous produits sont garantis sans composant potentiellement nocif ayant été associé au cancer ou à des perturbations hormonales, chose qui n’est pas pratiquée par les autres marques, même réputées comme neutres. De plus, nos produits ont été étudiés pour améliorer le quotidien des femmes en traitement et apaiser les effets secondaires. Nous mettons actuellement au point du maquillage adapté comme un crayon qui permettrait de se redessiner facilement les sourcils sans aucun marquage.

Vos produits sont-ils destinés uniquement aux femmes en traitement ?

Non, beaucoup de femmes en rémission continuent d’utiliser nos produits car elles nous font confiance et redoutent les substances qui peuvent être cachées dans d’autres cosmétiques. Certaines les utilisent simplement parce que ce sont leurs produits préférés ou car ils les protègent à long terme des effets des perturbateurs endocriniens.

Entreprendre pour une bonne cause vous aide-t-il au quotidien ?

C’est évident ! Surtout lorsque nous avons connu des moments difficiles. Par exemple, nous avons mis deux ans pour lancer notre activité ce qui est très long pour une startup… Le fait de recevoir de nombreux messages de femmes qui nous remercient pour ce que l’on fait pour elles nous motive encore plus ! Et c’est aussi le cas pour nos 7 salariées. C’est une bonne raison de se lever le matin. D’ailleurs, nous continuons notre engagement en donnant 1 % de notre chiffre d’affaires à une cause qui nous tient à cœur. Le premier semestre 2017 nous avons choisi Rose Magazine, la revue à destination des personnes touchées par le cancer. Aujourd’hui, nous sommes en création d’un partenariat avec Unicancer, groupe hospitalier qui réunit tous les plus grands centres de France.

 

Propos recueillis par Melissa Carles

 

Evaluer ce contenu :

Judith Levy : « entreprendre pour une bonne cause nous motive au quotidien »
Evaluer ce contenu

Commentaires :

Laisser un commentaire