Actu

Le Smic revalorisé de 2,2 % en raison de l'inflation

Le Smic sera automatiquement revalorisé au 1er octobre, comme le prévoit le code du travail lorsque l’inflation est supérieure à 2 %.

Le Smic revalorisé de 2,2 % en raison de l'inflation
Cette revalorisation du Smic est un ajustement automatique par rapport à l'inflation, et non un "coup de pouce" supplémentaire. © Adobe Stock

Le mercredi 15 septembre, l’Insee a publié les derniers chiffres de l’inflation : les prix ont augmenté en août 2021 de 0,6 % sur un mois et de 1,6 % sur un an. L’indice des prix à la consommation des ménages (hors tabac) a augmenté de 2,2 % en août 2021 par rapport à novembre 2020, mois de référence pour la dernière revalorisation. À l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a annoncé que le Smic serait automatiquement revalorisé de 2,2 % (34,89 € brut) au 1er octobre 2021 en raison de l’inflation. L’information a été confirmée par un communiqué du ministère du Travail en fin de journée.

SMIC et salaire minimum conventionnel : quelles sont les règles?
Passez à l’action :

SMIC et salaire minimum conventionnel : quelles sont les règles?

Ajustement automatique

Cette indexation du Smic est prévue par l’article L.3231-4 du code du travail. « La garantie du pouvoir d’achat des salariés [dont les rémunérations sont les plus faibles, ndlr] est assurée par l’indexation du salaire minimum de croissance sur l’évolution de l’indice national des prix à la consommation ». L’article L.3231-5 indique quant à lui que « Lorsque l’indice national des prix à la consommation atteint un niveau correspondant à une hausse d’au moins 2 % par rapport à l’indice constaté lors de l’établissement du salaire minimum de croissance immédiatement antérieur, le salaire minimum de croissance est relevé dans la même proportion à compter du premier jour du mois qui suit la publication de l’indice entraînant ce relèvement. »

Ces dispositions sont issues de la loi du 2 janvier 1970. Il s’agit donc d’un ajustement automatique du Smic par rapport à l’inflation, afin de préserver le pouvoir d’achat de ses bénéficiaires, et non du « coup de pouce » supplémentaire réclamé par certains syndicats.

Lire aussi L’aide à l’embauche des jeunes, mode d’emploi

« Le compte n’y est pas »

Le jour-même, la CFDT a réagi dans un communiqué de presse : « Les travailleurs de deuxième ligne méritent mieux qu’une hausse de 2,2 % du Smic ». Pour la CGT, « le compte n’y est toujours pas (…) et cette décision est complètement insuffisante. L’enquête de 2019 de la Drees (qui dépend du gouvernement) montrait ainsi que les Français estiment que l’on vit décemment avec 1 760 € nets. Ceux qui s’y opposent sont hors sol et ne comprennent pas les difficultés du salariat à vivre de son travail ».

Au 1er octobre 2021, le Smic mensuel brut d’un salarié soumis à une durée collective du travail de 35 h serait de 1 589,47 €. Il serait de 1 789,47 € pour un salarié soumis à une durée collective de travail de 39 h avec une majoration de 10 % de la 36ème à la 39ème heure et de 1 816,54 € pour un salarié soumis à une durée collective de travail de 39 h avec une majoration de 25 % de la 36ème à la 39ème heure.

Lire aussi Fiche de paie du salarié : tout ce dont vous avez besoin

Marie-Aude Grimont – Matthieu Barry

Laisser un commentaire

Suivant