Voir nos conseils

Paie, épargne et prévoyance

Si le sujet de la rémunération est souvent tabou dans l’entreprise, il convient néanmoins d’avoir une vision claire de la politique de rémunération dans son entreprise. Lors du recrutement d’un nouveau salarié, la question de la rémunération fait souvent l’objet d’une négociation entre les parties. Les critères qui entrent en jeu pour définir la rémunération sont nombreux : le niveau de qualification du poste, l’expérience de la personne recrutée, son degré d’autonomie etc. Toutefois, il ne faut pas oublier que la grille de salaire de l’entreprise doit être cohérente. Les différences de salaire entre les employés doivent pouvoir se justifier par une différence de poste ou de responsabilité. Mais la rémunération peut prendre différentes formes : outre le salaire, l’employeur peut proposer des primes, des avantages en nature, mais aussi un dispositif d’épargne salariale via la participation et l’intéressement. La rémunération a une grande importance managériale, puisque son montant et surtout son évolution, est un facteur de motivation non négligeable pour les équipes.

Le salaire et ses composantes

Éléments de rémunération Description
Salaire de base Doit être au moins égale au Smic ou au salaire minimum conventionnel (SMC)
Salaire variable                    (en tout ou partie) Lié à la performance individuelle du salarié. Calculé en fonction des critères objectifs, réalistes et connus du salarié
13e mois Équivalent à un mois de salaire et indépendant de la performance du salarié
Prime d’ancienneté Montant exclusivement lié à l’ancienneté du salarié dans l’entreprise. Généralement prévue par la convention collective applicable
Autres primes et gratifications Versées dans plusieurs cas de figure : compenser une sujétion particulière (froid, danger, saleté…), récompenser la performance (prime de rendement, prime sur objectifs…), ou la qualité du travail fourni (prime exceptionnelle), reconnaître un événement particulier (mariage, naissance…)
Avantages en nature Véhicule de fonction, logement, téléphone portable, ordinateur, tablette. Soumis à cotisations sociales et impôt sur le revenu, ils doivent être valorisés (selon un barème fiscal) et réintégrés à la rémunération du salarié
Titres-restaurant Permettent de financer tout ou partie du repas pris à l’extérieur de l’entreprise. Peuvent être utilisés dans les magasins d’alimentation
Intéressement et participation D’un montant aléatoire, ils n’ont pas la qualité de salaire. Ces sommes peuvent être perçues directement par le salarié ou placées sur un plan d’épargne entreprise (PEE). Seules les sommes placées sont exonérées d’impôts et de cotisations.

 

Nos conseils les plus lus

Les primes et gratifications : des compléments de salaire

Rémunération variable : comment ça marche?

Prime transport, mode d'emploi

Faire une fiche de paie en 2017

Primes et gratifications

Comment sont versés les 0,3 % que l'employeur est tenu d'acquitter pour la journée de solidarité ?

Combien coûtent les titres restaurant à l'entreprise ?

Qu'est-ce que le forfait social ?

Comment se procurer des chèques transport ?