fiche

Abandon de poste : les erreurs à ne pas commettre.

Qu’est-ce que l’abandon de poste ? Comment réagir face à cette situation ? Quelles sont les précautions à prendre et les erreurs à ne pas commettre quand votre salarié déserte l’entreprise sans donner de nouvelles ? NetPME vous dit tout sur l’abandon de poste.

Abandon de poste : les erreurs à ne pas commettre.

L’abandon de poste : attention aux approximations

Claquer la porte n’est pas toujours un abandon de poste…L’abandon de poste qualifie une absence injustifiée du salarié, sans aucune nouvelle ni explication pendant un laps de temps assez prolongé pour que l’employeur se sente réellement abandonné (avec une marge d’interprétation assez large par la jurisprudence)… En fait, il n’existe pas de définition légale et l’expression peut servir aussi bien à décrire des absences répétées et injustifiées qu’une disparition pure et simple du salarié.

Or, pour réellement invoquer l’abandon de poste, il faut être en mesure de prouver que le salarié « déserteur » a pris la clé des champs de sa propre initiative et sans aucune cause qui pourrait se révéler légitime devant les Prud’hommes (annonce de la mort d’un proche, malaise justifiant un départ précipité pour aller voir le médecin…).

Que faire face à un abandon de poste ?

Votre premier réflexe face au constat de l’absence inexpliquée d’un membre de votre équipe est de prendre des nouvelles de votre salarié ! S’il est absent sans explication depuis deux jours et qu’il ne répond pas au téléphone, peut-être est-il dans une situation critique (souci de santé, détresse psychique, problème logistique…). Ne vous pressez pas d’envoyer un recommandé avant de vous être assuré -auprès de sa famille, de ses voisins, voire de la gendarmerie- que son absence est volontaire et non légitime. Au-delà de l’aspect humainement recommandable de cette démarche, cela vous servira aussi à justifier votre bonne foi en cas de contentieux prud’homal, surtout si vous aviez un historique conflictuel chargé avec le salarié en question.

Une réponse graduée

Si vos tentatives de prise de contact sont demeurées vaines et que votre salarié n’a pas daigné avancer la moindre explication à son absence, vous pouvez réagir en conséquence…Mais attention, vous n’avez pas encore le droit de le licencier ! Vous devez d’abord passer par la case « mise à en demeure pour abandon de poste », formalisée par un recommandé avec accusé de réception. Ce courrier doit « inviter » le salarié à regagner son poste et le prévenir des conséquences disciplinaires de son refus d’obtempérer.

Si votre salarié revient au travail après cette première alerte, vous n’avez pas d’autre recours que d’accepter son retour. Vous pourrez envisager d’autres sanctions disciplinaires pour la désorganisation et les dommages causés par son absence, mais vous ne pourrez pas le licencier pour abandon de poste.

Mais si son absence persiste, vous pourrez passer la vitesse supérieure en procédant à son licenciement pour faute grave.

Quelles conséquences pour le salarié ?

Un salarié licencié pour abandon de poste perd de facto ses indemnités de licenciement et de préavis,  sauf si la convention collective qui lui est applicable prévoit le contraire. Il aura en revanche droit à son indemnité de congés payés.

Le licenciement pour abandon de poste ne prive pas le salarié de ses droits au chômage.

 

> > Pour aller plus loin, téléchargez  notre procédure de l’abandon de poste.

 

> > Une question sur l’abandon de poste ? Appelez nos avocats partenaires par téléphone.

 

Evaluer ce contenu :

Abandon de poste : les erreurs à ne pas commettre.
3.36 (67.27%) 11 votes

Commentaires :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *